Données mises à jour le : 28/07/2021
Mis à jour le : 28/07/2021
inputCréer une fiche de paie

Fiche de paie ouvrier agricole : spécificités, avantages et obligations

<<<<<<<<   Précédent

  1. Ouvrier/ouvrière agricole : quel métier ?
  2. Fiche de paie ouvrier agricole : quelles spécificités et quel statut pour le salarié ?
  3. Quel salaire sur la fiche de paie de l'ouvrier agricole ?
  4. Ouvrier agricole : quel taux AT/MP applicable ?
  5. Ouvrier agricole : quels avantages professionnels sur la fiche de paie ?
  6. Obligations légales : quelles sont celles qui incombent à l’employeur ?
  7. Comment établir la fiche de paie d'un ouvrier agricole en contrat d'apprentissage ?
  8. Comment établir la fiche de paie d'un ouvrier agricole en contrat de professionnalisation ?

1- Ouvrier/ouvrière agricole : quel métier ?

L’ouvrier.ère agricole exerce son métier dans le domaine de l’élevage et de l’agriculture. Il/elle participe à l’exploitation agricole aux côtés de l’agriculteur. Ces tâches sont variées selon le secteur d’activité.

Les missions

Selon qu’il travaille chez un éleveur ou un vigneron par exemple, son quotidien ne sera pas le même. L’ouvrier agricole est un salarié polyvalent dont les missions principales peuvent être identifiées ainsi :

  • Gestion des animaux d'élevage : surveillance, alimentation, reproduction, nettoyage de l’habitat etc;

  • Réalisation des opérations de cultures en plein champs (céréales, cultures maraîchères) : Préparation des sols pour la culture, semis, récolte etc.;

  • Utilisation et entretien des machines agricoles ;

  • Entretien des bâtiments agricoles ;

  • Participations aux activités annexes : vente des produits, accueil du public, confection de produits de la ferme (confiture, fromage), tâches administratives etc. ;

  • Application des règles d’hygiène et de sécurité.

La principale qualité attendue pour le métier d’ouvrier agricole est sa polyvalence et donc sa capacité d’adaptation. Un bonne condition physique est indispensable car le travail peut être pénible : travail en extérieur, manipulation de charges lourdes etc. Autonomie et esprit d’initiative sont essentiels, notamment s’il est amené à remplacer l’exploitant agricole durant ses absences.

Le métier douvrier agricole évolue avec l’automatisation croissante des tâches. Il dispose nécessairement de  compétences techniques et fonctionnelles :

  • Connaissance des machines agricoles (certaines sont informatisées) ;

  • Maîtrise du cycle de vie des cultures (vignes, cultures maraîchères ou céréalières etc.);

  • Connaissances vétérinaires pour la gestion des animaux ;

  • Connaissance des consignes d’hygiène et de sécurité

Les études

Pour maximiser les chances de se faire embaucher, un minimum de formation initiale est requis. Les principales formations permettant d’accéder au métier d’ouvrier agricole sont les suivantes :

  • CAPA (CAP Agricole) :  formation dispensée par les lycées agricoles en 3 ans après la 3ème ;  

  • BEPA (BEP Agricole) : production agricole et utilisation de matériel ;

  • Bac professionnel : conduite et gestion de l'exploitation agricole ;

  • BTS Agricole. :

Le bac professionnel et le BTS préparent les étudiants à s’installer à leur compte et comportent des modules de gestion d’entreprise.

L’insertion professionnelle des jeunes diplômes est plutôt bonne. Il y a toutefois des disparités selon les secteurs. L’élevage embauche peu de salariés quand le secteur vinicole est le premier recruteur. L’augmentation de la taille des exploitation incitent les exploitants à recruter, et pas seulement en saisonniers.

De plus, chaque année des centaines d’exploitations agricoles cherchent repreneurs.

Les possibilités d’évolution

Selon son niveau de formation initiale et son expérience professionnelle, un ouvrier agricole peut :

  • Évoluer vers des fonctions d’encadrements (rapidement possible si l’on détient un BTS) : sur les grandes exploitations l’ouvrier agricole peut être amené à encadrer des équipes et à organiser le travail, notamment des saisonniers dont il a la charge ;

  • Travailler en saisonnier : le métier se prête particulièrement bien au travail de saisonnier, l’ouvrier agricole peut ainsi travailler d’exploitations en exploitations selon les saisons (vignes, cueillettes etc.);

  • Évoluer d’un secteur d’activité à l’autre : sans être nécessairement saisonnier, l’ouvrier peut découvrir de nombreux secteurs d’activité et des méthodes de travail différentes (élevage, exploitation laitière, vigne, culture céréalières etc.);

  • Se spécialiser : avec l’évolution des technologies et de la société, il est possible de se spécialiser par exemple en bio, ou encore en permaculture.

  • Se mettre à son compte : avec l’expérience, un ouvrier agricole peut espérer pouvoir devenir exploitant agricole à son tour.

Environnement d’exercice de l’activité

Le métier d’ouvrier agricole peut s’exercer dans de très nombreux secteurs d’activité : élevage, horticulture, arboriculture, apiculture, paysagisme, ou encore pépiniérisme.

2-Fiche de paie ouvrier agricole : quelles spécificités et quel statut pour le salarié?

Convention collective

Il existe actuellement 141 conventions collectives territoriales et sectorielles pouvant s’appliquer à l’ouvrier agricole selon son secteur d’activité et la région dans laquelle est située son employeur.

Toutefois, une convention collective nationale est en cours de signature et devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2021.  Celle-ci s’appliquera à près d’1 million de salariés de la production agricole.

Exemple d'une fiche de paie d'un Ouvrier Agricole :

Fiche de paie ouvrier agricole

 


Catégorie socioprofessionnelle

Les ouvriers agricoles appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle 69 : Ouvriers agricoles. Cette catégorie regroupe les salariés d’exécution de niveau ouvrier exerçant des professions spécifiques de l'agriculture, de l'exploitation forestière, de l'aquaculture, de la pêche et de l'exploitation des marais salants.

Voici quelques exemples :

    • 691e - Ouvriers agricoles sans spécialisation particulière : ouvriers agricoles sans spécialisation particulière et exécutant des travaux divers (ou dont on ne peut pas déterminer l'orientation dominante de l'exploitation sur laquelle ils travaillent).

    • 691b - Ouvriers de l'élevage : Ouvriers spécialisés dans les élevages. Il s'occupent en principe exclusivement des soins aux animaux. Ils peuvent être responsables d'un troupeau dont ils assurent le pâturage.

    • 691d - Ouvriers de la viticulture ou de l'arboriculture fruitière : salariés chargés des travaux de production : taille, traitement chimique éventuel, cueillette etc. 

3- Quel salaire sur la fiche de paie de l'ouvrier agricole ?

D'après l'INSEE, le salaire net mensuel moyen est de  :

1384€ pour un ouvrier agricole polyvalent (691e) : 1372€ pour les hommes contre 1421€ pour les femmes. Ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 30400 salariés en France.

Ces salariés sont majoritairement des hommes (78%). Le métier s’exerce peu en CDI (18%) et principalement dans des entreprises de moins de 50 salariés : 37,5% dans des entreprises de moins de 10 salariés, 15,4 % dans des entreprises de 10 à 19 salariés, 17,6 % dans des entreprises de 20 à 49 salariés.

 

4- Ouvrier agricole : quel taux AT/MP applicable ?

La sécurité sociale française compte un régime propre aux travailleurs salariés et non salariés du secteur agricole. Le recouvrement des cotisations sociales est effectuée par les caisses de mutualité sociale agricoles (MSA).

La cotisation d'Accidents du Travail et Maladies Professionnelles (AT/MP) qui s’applique à la fiche de paie de l’ouvrier agricole est :

  • soit un taux global collectif : fixé chaque année par arrêté ministériel.

  • soit un taux individualisé.

Il varie selon la catégorie de risque à laquelle est rattachée l'exploitation ou l'entreprise.

Consultez notre page dédiée au taux d'accident du travail et aux maladies professionnelles.

5- Ouvrier agricole : quels avantages professionnels sur la fiche de paie ?

L’ouvrier agricole pourra prétendre à certains avantages professionnels inhérents à sa qualité de salarié.e comme :

  • Indemnités repas : l'employeur doit prendre en charge les frais de repas des ouvriers agricoles se trouvant en dehors de leur lieu de travail habituel au moment des repas (pendant les horaires de travail et en raison des nécessités de l'entreprise) ou s’ils ne peuvent prendre leurs repas à leur domicile en raison de l'éloignement du chantier. Cette règle et les conditions de prise en charge diffèrent actuellement selon la convention collective applicable.  

  • Frais de déplacement : les frais engendrés par des déplacements avec un véhicule personnel peuvent être pris en charge si ces trajets sont imposés par les besoins de l'entreprise.

  • Prime d’ancienneté : Celle-ci est fixée dans la convention collective applicable. Elle se calcule sur la base du salaire brut, avant déduction des avantages en nature en fonction du nombre d'années d’expérience au sein de la même entreprise.

Ces avantages professionnels varient actuellement d’une convention collective applicable à l’autre (il en existe 141).

6- Obligations légales : quelles sont celles qui incombent à l’employeur ?

L’employeur a des obligations légales vis-à-vis du salarié :

  • Fournir une rémunération en retour du travail effectué: le versement d’une rémunération ainsi que la remise d’une fiche de paie conforme sont des obligations de l’employeur. Cette rémunération doit être impérativement supérieure au SMIC et dépend de la classification du salarié (se reporter à la convention collective applicable). Certaines augmentations de salaires doivent obligatoirement être répercutées sur la fiche de paie : revalorisation du point ou changement d’échelon lié à l’ancienneté. 

  • Formation du salarié: l’employeur s’assure de former les ouvriers agricoles aux règles de santé, d’hygiène et de sécurité et engage des formations pour favoriser leur maintien dans l’emploi. 

  • L’entretien d’évolution professionnelle : qu’ils soient en temps complet ou partiel, tous les ouvriers agricoles doivent être reçus pour ce point périodique obligatoire. Organisé tous les deux ans, il porte sur les perspectives d’évolution professionnelle du salarié.  

  • Assurer au salarié de disposer des moyens nécessaires à sa mission : l’employeur est tenu de fournir à l’ouvrier agricole l’ensemble des moyens nécessaires à l'exécution de son travail dans les meilleures conditions : équipements, matériels, engins agricoles ou encore équipements de protection obligatoires (EPI)  etc.
  • Santé/sécurité au travail : le secteur agricole connaît des taux de fréquence et de gravité des accidents du travail comparables à ceux du  BTP, les travaux agricoles de plein champ connaissant un taux de sinistralité particulièrement élevé. Les ouvriers agricoles sont exposés à de multiples facteurs de risques : risque chimique (pesticide, désherbants, engrais chimiques), emploi de machines dangereuses (moissonneuse), port de charges lourdes, risques liés au soin des animaux (biologiques, blessures). Enfin, les risques psycho-sociaux pesant sur la profession sont très élevés (isolement, contexte économique etc).

7- Comment établir la fiche de paie d'un ouvrier agricole en contrat d'apprentissage ?

La formation au métier d'ouvrier agricole peut s'effectuer par la voie de l'apprentissage. Pour embaucher un apprenti, il est obligatoire de conclure un contrat d’apprentissage tripartite entre l’apprenti, l’employeur ainsi que le centre de Formation des Apprentis (CFA). La formation est réalisée en alternance en entreprise, sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage, et en CFA.

Une fiche de paie est remise à l’apprenti chaque mois. Le salaire de l'apprenti ouvrier agricole ne peut être librement fixé par l'employeur, il dépend cumulativement : 

  • de la catégorie d’âge à laquelle l’apprenti appartient ;

  • l’année d’exécution du contrat ;

  • la base de calcul : le smic horaire de l’année en cours.

Il existe des aides à l'embauche d'un apprenti :

  • Exonérations sociales : le contrat d’apprentissage est exonéré de cotisations et de contributions sociales dans la limite de 79 % du SMIC ;

  • Aides financières à l'embauche : dans certaines conditions, l’employeur peut bénéficier du dispositif de l’aide unique.

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre apprenti ouvrier agricole dans l'article suivant : fiche de paie apprenti

8- Comment établir la fiche de paie d'un ouvrier agricole en contrat de professionnalisation ?

Autre possibilité pour recruter un ouvrier agricole en alternance : le contrat de professionnalisation. Ce contrat doit être signé par l’employeur et l'alternant puis transmis à l'OPCO dont il dépend. La formation s'effectue en alternance sous la responsabilité d'un tuteur. Le contrat de professionnalisation est conclu dans le cadre soit :

  • d’un CDI : pour une durée de 6 à 12 mois et jusqu'à 24 mois dans des cas particuliers. Le contrat se poursuit ensuite dans les conditions d’un CDI ;

  • d’un CDD : pour une durée de 6 à 12 mois et jusqu'à 36 mois dans des cas particuliers. Le contrat s'arrête à l’issue de cette durée.

L’alternant est obligatoirement rémunéré et une fiche de paie doit lui être remise. Sa rémunération est calculée sur la base d’un pourcentage du SMIC et varie en fonction :

  • de la catégorie d’âge ;

  • de la qualification du salarié.

Il existe des aides à l'embauche d'un alternant en contrat de professionnalisation :

  • Déduction des avantages en nature : du salaire de l’alternant à hauteur de 75% des déductions autorisées pour les autres salariés ;

  • Exonérations de charges sociales dans le cadre de la réduction générale des cotisations étendue ;

  • Aides à l’embauche d’un demandeur d’emploi en contrat de professionnalisation (ne sont soumises à aucune cotisations sociales ni à la CSG/CRDS) :

    • AFE versée par Pôle Emploi : pour le recrutement d’un demandeur d’emploi âgé de 26 ans et plus (2000€ maximum) ;

    • Aide versée par l’État et cumulable avec l’aide Pôle emploi : pour le recrutement d’un demandeur d’emploi âgé de 45 ans et plus (2000€ maximum). 

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre alternant ouvrier agricole dans l'article suivant : fiche de paie contrat de professionnalisation

 

En ce qui concerne la partie sociale, l'employeur doit transmettre la DSN corrélative à la fiche de paie de l'ouvrier agricole salarié chaque mois.

 

Pour créer une fiche de paie pour un ouvrier agricole , il suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous et de suivre les instructions :

 

Auteur
Aurore R.
Issue d'une formation juridique, et après avoir exercé plusieurs années au sein d'un cabinet de conseil spécialisé en SIRH, Aurore transmet son expertise à travers ces pages d'aides pour vous simplifier la paie !
Haut de page

DOTNET

Assistante Virtuelle
Chat