Données mises à jour le : 04/10/2022
Mis à jour le : 04/10/2022
inputCréer une fiche de paie

Fiche de paie contrôleur de gestion : Comment procéder ?

<<<<<<<<   Précédent

  1. Contrôleur/contrôleuse de gestion : quel métier ?
  2. Fiche de paie : quelles spécificités et quel statut pour le salarié pour le contrôleur de gestion ?
  3. Quel salaire sur la fiche de paie du contrôleur de gestion ?
  4. Contrôleur de gestion : quel taux AT/MP applicable ?
  5. Quels avantages professionnels sur la fiche de paie du contrôleur de gestion ?
  6. Obligations : quelles sont celles incombant à l’employeur du contrôleur de gestion ?
  7. Comment établir la fiche de paie d'un contrôle de gestion en contrat d'apprentissage ?
  8. Comment établir la fiche de paie d'un contrôleur de gestion en contrat de professionnalisation ?

1- Contrôleur/contrôleuse de gestion : quel métier ?

Le contrôleur ou la contrôleuse de gestion est le/la garant(e) de la bonne santé financière de l’entreprise. Ils sont chargés d’en analyser la situation financière et d'accompagner la direction dans la définition de ses objectifs économiques, avec pour optique la maximisation de la rentabilité.

Les missions

L’activité du contrôleur de gestion peut varier selon qu’il travaille dans une PME, où il sera amené à assumer un rôle plus étendu, ou une grande entreprise. Toutefois, les principales missions du contrôleur de gestion peuvent être identifiées ainsi :

  • Élaboration du processus budgétaire : définition des procédures budgétaires et contrôle de leurs exécutions par les opérationnels, collecte et analyse des données budgétaires, production des documents de synthèse ;

  • Participation à l’élaboration des objectifs financiers : études économiques et financières, élaboration de plan prévisionnel, établissement des prévisions sur la base des budgets corrigés, construction des principaux états financiers ;

  • Élaboration des procédures de gestion financière : choix des outils de gestion financière et de reporting, définition et suivi des KPI financiers, conception des tableaux de bord d’activité, mise en place des procédures de gestion des flux financiers, garantir le respect de ces procédures, réaliser le reporting financier.

Dans les plus petites entreprises type PME-PMI, le contrôleur de gestion effectue des missions plus diverses notamment de comptable et de gestionnaire paie.

De plus, il existe différents types de contrôles de gestion selon le secteur d’activité où il travaille, leurs missions varient en fonction. Par exemple :

  • contrôleur de gestion industriel : exerce en usine où il calcule les coûts de revient (production, stocks etc.)

  • contrôleur de gestion commerciale : se consacre aux ventes ;

  • ou encore le contrôleur de gestion sociale : se concentre sur la gestion de la masse salariale.

L’insertion professionnelle des contrôleurs de gestion est bonne.

Les compétences

La principale qualité attendue pour le métier de contrôleur de gestion est l'esprit de synthèse et d’analyse. Travaillant sur des problématiques financières parfois complexes, la rigueur et la méthode sont de mise pour éviter toute erreur. De bonnes qualités relationnelles et de la diplomatie facilitent son quotidien car il est en relation constante avec les opérationnels et la direction.

Le métier de contrôleur de gestion demande des compétences techniques et fonctionnelles :

  • Être parfaitement à l’aise avec les chiffres ;

  • Maîtrise de la comptabilité et de la gestion ; 

  • Connaissance en économie et en stratégie financières ;

  • Maîtrise informatique : connaissance des logiciels de contrôle de gestion, des outils de reporting et de la suite Office ;

  • Excellente connaissance de son entreprise ;

  • Dans certaines entreprises, un bon niveau d’anglais peut être demandé.    

Les études

Le métier de contrôleur de gestion n’est pas accessible sans diplôme.

Les diplômes nécessaires vont du bac +2 jusqu’au DEC : Diplôme d’Expert-Comptabilité. Les recruteurs favorisent toutefois les candidats titulaires d’un diplôme bac +5. En dessous du bac +5, le candidat peut prétendre à un poste d’adjoint.

Les principaux diplômes pouvant être demandés sont :

  • Bac+2 : BTS CGO (comptabilité et gestion des organisations), DUT GEA (gestion des entreprises et des administrations) option Finances Comptabilité ;

  • Bac +3 : DCG (diplôme de comptabilité et de gestion), licences professionnelles métiers de la gestion et de la comptabilité ;

  • Bac +5 : DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion), MSTCF : Maîtrise de Sciences et Techniques Comptables et Financières, DSCG : Diplôme Supérieur de Comptabilité et Gestion (ex DESCF), Master Comptabilité, Contrôle, Audit, Master Contrôle de Gestion et Audit Organisationnel ;

  • Bac +8 : DEC (Diplôme d’Expert-Comptabilité).

Les possibilités d’évolution

Les principales évolutions professionnelles pour un contrôleur de gestion sont les suivantes :

  • Prendre des responsabilités : peut évoluer vers des postes de Contrôleur de gestion sénior, Directeur du contrôle de gestion, voire Directeur administratif et financier (DAF);

  • Se spécialiser : peut se spécialiser ou changer de spécialité (contrôleur de gestion industriel, social ou encore commercial) ;

  • Evolution horizontale : peut évoluer vers les métiers de l’audit, du contrôle financier ou encore vers l’expertise-comptable;

  • En passant des concours, il peut entrer dans la fonction publique : contrôleur des finances publiques, par exemple.  

Environnement d’exercice de l’activité

Cette activité peut s’exercer dans tous les secteurs d’activité et dans tous type d’organisation ayant la nécessité ou l’obligation de recourir à un contrôleur de gestion.

  • Fonction publique : il intervient sur la maîtrise des dépenses publiques au sein de collectivités locales notamment. Le recrutement se fait généralement sur concours.

  • TPE/PME/associations : il est généralement seul sur son poste et doit être polyvalent pour s’occuper de tâches très variées (jusqu’à la gestion de la masse salariale).

  • Grandes entreprises:  il sera souvent spécialisé et intégré au sein d’un équipe. Il pourra être amené à gérer spécifiquement le contrôle de gestion social, commercial ou encore industriel.

 2-Fiche de paie : quelles spécificités et quel statut pour le salarié pour le contrôleur de gestion ?

Convention collective

C'est l'activité principale de l’entreprise du contrôleur de gestion qui constitue le critère d'application de la convention collective.

Exemple d'une fiche de paie d'un contrôleur de gestion  :

Fiche de paie Contrôleur de gestion

Bouton créer une fiche de paie

Catégorie socioprofessionnelle

 

Les contrôleurs de gestion sont le plus souvent classés dans la catégorie socioprofessionnelle cadres (37) ou professions intermédiaires (46) administratives et commerciales des entreprises :

    • Cadres de l'organisation ou du contrôle des services administratifs et financiers (372b) : Cadres dont l'activité consiste en l'organisation des services administratifs ou financiers, au contrôle de leur fonctionnement ou de leurs résultats, ou au contrôle de la comptabilité.

    • Maîtrise et techniciens des services financiers ou comptables (461d): ils vérifient l'enregistrement des données comptables et les centralisent pour établir les comptes d'exploitation, bilans comptables, prix de revient ou statistiques sur l'entreprise.

C’est aussi par la grille conventionnelle que sont déterminées les rémunérations.

Les charges sociales :

  • sont de l’ordre de 21% du salaire brut (Donnée indicative) sur le statut ETAM

  • sont de l’ordre de 25% du salaire brut (Donnée indicative) sur le statut Cadre 

 3- Quel salaire sur la fiche de paie du contrôleur de gestion ?

Voici quelques exemples de salaire moyen pour un contrôleur de gestion,  à titre indicatif : 

D'après l'INSEE, le salaire brut mensuel moyen pour un contrôleur de gestion :

  • 4853€ pour un contrôleur de gestion cadre (372b) : 5533€ pour les hommes, contre 4507€ pour les femmes. Ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 22 200 salariés en France. Ces salariés sont majoritairement des hommes (59%). Le métier s’exerce principalement en CDI (93,3%), dans des entreprises de toutes tailles (13% dans les entreprises de moins de 10 salariés, 13% dans les entreprises de 20 à 49 salariés, 38,4% dans des entreprises de plus de 250 salariés).

  • 3056€ pour un contrôleur de gestion au statut ETAM (461d): 3198€ pour les hommes contre 2951€ pour les femmes. Ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 9600 salariés en France. Le métier est occupé majoritairement par des femmes (65 %) et s’exerce en CDI (89,6%). Ces salariés travaillent dans des entreprises de toutes tailles (13% dans les entreprises de moins de 10 salariés, 18% dans les entreprises de 20 à 49 salariés, 25,5% dans des entreprises de plus de 250 salariés).

 4- Contrôleur de gestion : quel taux AT/MP applicable ?

La cotisation d'Accidents du Travail et Maladies Professionnelles (AT/MP) qui s’applique à la fiche de paie contrôleur de gestion dépend de la taille de l’entreprise dans laquelle l’activité est exercée.

Le taux AT/MP est transmis généralement par l'assurance maladie, il est ensuite repris sur chaque fiche de paie du contrôleur de gestion. Le taux AT/MP qui est calculé par l'assurance maladie est établi sur la base des antécédents d'accidents de l'entreprise et de ses activités.

Consultez notre page dédiée au taux d'accident du travail et aux maladies professionnelles.

5- Quels avantages professionnels sur la fiche de paie du contrôleur de gestion ?

Le contrôleur de gestion peut prétendre à certains avantages professionnels inhérents à sa qualité de salarié comme par exemple :

  • Indemnités repas : appelées aussi prime de panier ou panier repas, il s’agit du remboursement des dépenses engagées par le salarié sur son temps de travail. Elles peuvent être versées si  le temps de pause-déjeuner est trop court pour rentrer chez soi, il n’y a pas de cantine sur le lieu de travail ou lorsqu’il est en déplacement professionnel. L'indemnité repas doit être prévue au contrat de travail pour être due au salarié.

  • Tickets restaurant : L’employeur peut opter pour la distribution de tickets restaurant. Les tickets sont pris en charge à la fois par l’employeur et le salarié. Ils sont considérés comme un avantage social et doivent figurer sur la fiche de paie du contrôleur de gestion.

  • Frais de transport : le contrôleur de gestion bénéficie obligatoirement de la prise en charge à hauteur de 50% de son abonnement aux transports publics pour les trajets de sa résidence à son lieu de travail (et inversement). En revanche, l’employeur n’est pas dû au remboursement des frais de transport personnel (si le salarié utilise sa voiture personnelle notamment) sauf conditions particulières.

  • Frais de télétravail : le métier de contrôleur de gestion peut s’exercer à distance. Lors des jours de télétravail, l’employeur doit prendre en charge certains frais : les frais professionnels (frais engagés par le salarié pour réaliser ses tâches professionnelles) et l’occupation du domicile (dépenses liées à l’énergie, à internet …).

Ces avantages professionnels ne sont pas à proprement spécifiques au métier de contrôleur de gestion mais liés à sa qualité de salarié. Les conventions collectives, les contrats de travail ou encore des usages professionnels peuvent aussi s’appliquer en plus des garanties prévues par la loi.

 6- Obligations : quelles sont celles incombant à l’employeur du contrôleur de gestion ?

L’employeur a des obligations légales vis-à-vis du salarié, contrôleur de gestion ou non. Nous pouvons en citer 5 en particulier :

  • Fournir une rémunération en retour du travail effectué : le versement d’une rémunération et la fourniture d’une fiche de paie conforme est une obligation découlant du contrat de travail signé par l’employeur et son salarié.

  • Formation du salarié : l’employeur doit s’assurer de former le contrôleur de gestion pour lui permettre de se maintenir dans son emploi notamment au regard de l’évolution des outils informatiques (outils de reporting, ERP etc) et des évolutions réglementaires.

  • Assurer l’entretien d’évolution professionnelle : ce point périodique est obligatoire et porte sur les perspectives d’évolution professionnelle du salarié. Il doit être organisé tous les deux ans. Un contrôleur de gestion peut évoluer vers des postes d’encadrement ou vers d’autres métiers (audit, expertise comptable, contrôle financier etc.).

  • Assurer au salarié de disposer des moyens nécessaires à sa mission : l’employeur fournit au salarié l’ensemble des moyens nécessaires à l'exécution de son travail dans les meilleures conditions : ordinateur, logiciels adéquats, téléphone, meubles de bureaux etc.

  • Santé/sécurité au travail : l’employeur doit garantir la sécurité physique de ses salariés mais également les prémunir contre les risques auxquels ils peuvent être exposés du fait de leurs missions. Si le travail de bureau n’est pas le plus accidentogène, il est particulièrement générateur de troubles musculo-squelettiques (TMS) liés au travail sédentaire. Le contrôle de gestion peut générer du stress, qui est un risque psychosocial à ne pas négliger.

Ces obligations professionnelles ne sont pas spécifiques au métier de contrôleur de gestion mais sont inhérentes à sa qualité de salarié.

 7- Comment établir la fiche de paie d'un contrôle de gestion en contrat d'apprentissage ?

Le métier de contrôleur de gestion peut se prêter à une formation en apprentissage, notamment au niveau Master. Il aura, dans les faits, plutôt un poste d’adjoint. L'apprenti est en alternance en entreprise, sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage, et en CFA.

Pour recruter un apprenti contrôleur de gestion, un contrat d’apprentissage doit être conclu entre l’apprenti, l’employeur mais aussi le Centre de Formation des Apprentis (CFA). 

L'apprenti est obligatoirement rémunéré et reçoit une fiche de paie conforme. Le salaire de l'apprenti n'est pas libre mais encadré par la loi. La rémunération dépend cumulativement : 

  • de la catégorie d’âge à laquelle l’apprenti appartient ;

  • de l’année d’exécution du contrat ;

  • de la base de calcul : le SMIC horaire de l’année en cours.

 8- Comment établir la fiche de paie d'un contrôleur de gestion en contrat de professionnalisation ?

 

Certaines formations au métier de contrôleur de gestion sont également accessibles via un contrat de professionnalisation. Dans les faits, l’alternant occupera plutôt un poste d’adjoint.

Le contrat de professionnalisation, signé par l’employeur et le salarié, doit être envoyé dans les 5 jours à l'OPCO de la branche professionnelle dont dépend l'entreprise. La formation est réalisée en alternance dans l'entreprise, sous la responsabilité d'un tuteur, et en centre de formation.

Le contrat de professionnalisation peut être signé :

  • En CDI : pour une durée de 6 à 12 mois, 24 mois dans des cas particuliers. Ensuite, le contrat se poursuit dans les conditions classiques d’un CDI ;

  • ou en CDD : pour une durée de 6 à 12 mois, 36 mois dans des cas particuliers. A l'issue de cette durée, le contrat s'arrête. 

L’alternant en contrat de professionnalisation est obligatoirement rémunéré. Une fiche de paie lui est remise tous les mois. Attention, sa rémunération est régie par des règles légales : elle est calculée sur la base d’un pourcentage du SMIC et varie en fonction :

  • de la catégorie d’âge ;

  • de la qualification du salarié.

 

En ce qui concerne la partie sociale, l'employeur doit transmettre la DSN corrélative à la fiche de paie du contrôleur de gestion chaque mois.

 

Pour créer une fiche de paie contrôleur de gestion, il suffit de cliquer sur bouton ci-dessous et de suivre les instructions :

 

Bouton créer une fiche de paie

 

 

Auteur
Aurore R.
Issue d'une formation juridique, et après avoir exercé plusieurs années au sein d'un cabinet de conseil spécialisé en SIRH, Aurore transmet son expertise à travers ces pages d'aides pour vous simplifier la paie !
Haut de page

DOTNET