Données mises à jour le : 28/07/2021
Mis à jour le : 28/07/2021
inputCréer une fiche de paie

Fiche de paie cuisinier : spécificités, avantages et obligations

<<<<<<<<   Précédent

Sommaire

1- Cuisinier, cuisinière : quel métier ?

2- Fiche de paie cuisinier : quelles spécificités et quel statut pour le salarié ?

3- Quel salaire sur la fiche de paie du cuisinier ?

4- Cuisinier : quel taux AT/MP applicable ?

5- Cuisinier : quels avantages professionnels sur la fiche de paie ?

6- Obligations légales : quelles sont celles qui incombent à l’employeur ?

7- Comment établir la fiche de paie d'un cuisinier en contrat d'apprentissage ?

8- Comment établir la fiche de paie d'un cuisinier en contrat de professionnalisation ?

 

1-Cuisinier, cuisinière : quel métier ?

Le métier de cuisinier consiste principalement à préparer les plats commandés par les clients ou servis en restauration collective.

Les missions

Dans une cuisine, il existe une hiérarchie, depuis le commis de cuisine jusqu’au chef de cuisine pour les plus grosses brigades. Nous pouvons toutefois identifier les principales missions du cuisinier ainsi :

  • Elaboration des plats et des menus ;
  • Sélection des produits qu’il va parfois chercher lui-même ;
  • Responsabilité de l’approvisionnement et de la gestion des stocks ;
  • Préparation de la cuisine pour le service ;
  • Préparation des plats commandés par les clients et dressage des assiettes ;  
  • S’il dispose d’une équipe : gestion de l’organisation de ses collaborateurs et responsabilité de la bonne marche de la cuisine ;
  • Remise en place de la cuisine après le service;
  • Connaissance et application des règles d’hygiène alimentaire.

Les compétences

La principale qualité attendue pour le métier de cuisinier est d'être bien organisé. Lors des coups de feu, il doit pouvoir préparer rapidement les commandes sans se laisser déborder. Selon le lieu où il exerce, sa créativité culinaire sera appréciée. Le métier de cuisinier demande une bonne condition physique car les conditions d’exercice sont difficiles : pression, horaires décalés, station debout.

Le métier de cuisinier demande également de solides compétences techniques et fonctionnelles:

  • Bonne connaissance des techniques pour préparer toute sorte de plats parfois très exigeants;
  • Excellente connaissance des familles de produits,
  • Capacité à appliquer et faire appliquer les consignes d’hygiène et de sécurité;
  • Instaurer une organisation efficace en cuisine permettant de réduire l’attente client et de réagir à tout incident ou dysfonctionnement en service ;
  • Capacité à vérifier quotidiennement les équipements et le matériel de cuisine ;
  • Capacité à travailler en équipe  s’il exerce au sein d’une brigade ;    

Les études

Le métier de cuisinier est difficilement accessible sans formation spécifique et se prépare avec les principaux diplômes suivants :

  • CAP : CAP Cuisine, CAP production et service en restauration;
  • MC (mention complémentaire) : Art de la cuisine allégée, cuisinier en desserts de restaurant. La mention complémentaire se prépare en un an en plus d’un CAP pour se spécialiser.
  • Bac professionnel ou technique : Bac Pro cuisine, STHR Sciences et technologies de l‘hôtellerie et de la restauration;
  • Brevet Professionnel : Art de la cuisine
  • Bac +2 : BTS Management en hôtellerie-restauration

L’insertion professionnelle des jeunes diplômés est très bonne, il s’agit de compétences très recherchées.

Les possibilités d’évolution

Selon son niveau de qualification et ses appétences, les possibilités d’évolution pour un cuisinier sont intéressantes :

  • Evoluer vers des fonctions d’encadrement d’équipe : par l’expérience professionnelle le cuisinier peut évoluer dans la hiérarchie de la cuisine : chef de partie, second chef de cuisine, chef de cuisine jusqu’à directeur de la restauration.
  • Changer d’environnement de travail régulièrement : travailler comme saisonnier, chez un traiteur, à domicile chez des particuliers, évoluer dans le secteur de la restauration collective.
  • Ouvrir/reprendre son propre restaurant ou créer/reprendre une société de restauration collective.     

Environnement d’exercice de l’activité

Cette activité peut s’exercer dans le milieu de la restauration traditionnelle (restaurant, brasserie …) ou en restauration collective, mais aussi en tant que cuisinier à domicile ou chez un traiteur. Il s’exerce dans de nombreux types de structures, de tailles et de standing très divers.  

Certains cuisiniers sont saisonniers. Ils travaillent dans les lieux touristiques et se déplacent en fonction de la saison.

2-Fiche de paie cuisinier : quelles spécificités et quel statut pour le salarié ?

Convention collective

La convention collective applicable au cuisinier diffère selon le secteur dans lequel il exerce. En effet, la convention collective nationale applicable est celle correspondant à l’activité principale de l’entreprise qui l’emploie.

S’il travaille dans le secteur de la restauration privée (brasserie, restaurant etc.) la convention collective applicable est la CCN HCR (convention collective nationale des hôtels, cafés restaurants du 30 avril 1997- IDCC 1979).

Dans la restauration collective, la convention collective applicable est celle des entreprises de restauration de collectivités du 20 juin 1983 (IDCC 1266).

Enfin, si le cuisinier exerce chez un traiteur, il est soumis à la CCN Traiteur (IDCC 3101.)

 

Exemple d'une fiche de paie de cuisinier :

Fiche de paie Cuisinier

Catégorie socioprofessionnelle

Le cuisinier appartient, selon sa qualification et son expérience professionnelle :

  • à la catégorie socioprofessionnelle 48 (Contremaître/agent de maîtrise) et plus particulièrement à la rubrique Profession 488a - Maîtrise de restauration, cuisine/production : cuisiniers chargés de gérer la totalité ou une partie de la cuisine d'un restaurant (chef de cuisine, second de cuisine, chef de partie, cuisinier travaillant seul). 
  • à la catégorie socioprofessionnelle 63 - Ouvriers qualifiés de type artisanale, et plus particulièrement à la rubrique 636d - Cuisiniers et commis de cuisine : professionnels qualifiés préparant des aliments destinés à être consommés dans un lieu de restauration tel que restaurant traditionnel ou restaurant collectif.
  • à la catégorie socioprofessionnelle 56 - Personnels des services directs aux particuliers, et plus particulièrement à la rubrique 561d – Aides de cuisine, apprentis de cuisine et employés polyvalents de restauration : il s’agit des salariés aidant en cuisine ou en apprentissage ainsi que les employés polyvalents travaillant à la restauration y compris collective (cantine).

C’est aussi par la grille conventionnelle que sont déterminées les rémunérations. Les charges sociales sur le statut ETAM sont de l’ordre de 21% du salaire brut (Donnée indicative).

3- Quel salaire sur la fiche de paie du cuisinier ?

D'après l'INSEE, le salaire net mensuel moyen :

  • pour un cuisinier responsable en partie ou totalement de la cuisine (488a) est de 2070€ : 2119€ pour les hommes contre 1887€ pour les femmes. Ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 26800 salariés en France. Ces salariés sont majoritairement des hommes (82%) et la plupart en CDI (88,9%). 35,6% des cuisiniers travaillent dans des entreprises de 1 à 9 salariés, 17,3% sont dans des entreprises dont l’effectif est compris entre 10 et 19 salariés et 20% dans des entreprises de 20 à 49 salariés. 
  • pour un cuisinier « ouvrier qualifié » de la restauration traditionnelle (636d) est de 1606€: 1633€ pour les hommes contre 1526€ pour les femmes Ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 193 800 salariés en France et comprend les apprentis.  Ces salariés sont majoritairement des hommes (79%). Ils sont en CDI  à 74% et en CDD à 15,7%. 51% de ces cuisiniers travaillent dans des entreprises de 1 à 9 salariés, 18,1% sont dans des entreprises dont l’effectif est compris entre 10 et 19 salariés et 12% dans des entreprises de 20 à 49 salariés.
  • pour un cuisinier « ouvrier non qualifié » de la restauration traditionnelle (561d) est de 1417€: Ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 348 700 salariés en France et comprend les apprentis.  Ces salariés sont quasiment à parité des hommes (51%) et des femmes (49%). Ils sont en CDI  à 67% et en CDD à 16%.  35% de ces cuisiniers travaillent dans des entreprises de 1 à 9 salariés, 15,8% sont dans des entreprises dont l’effectif est compris entre 10 et 19 salariés et 24,8% dans des entreprises de 20 à 49 salariés.

4- Cuisinier : quel taux AT/MP applicable ?

La cotisation d'Accidents du Travail et Maladies Professionnelles (AT/MP) qui s’applique à la fiche de paie cuisinier dépend de la taille de l’entreprise dans laquelle l’activité est exercée.

Le taux AT/MP est transmis généralement par l'assurance maladie, il est ensuite repris sur chaque fiche de paie du cuisinier. Le taux AT/MP qui est calculé par l'assurance maladie est établi sur la base des antécédents d'accidents de l'entreprise et de ses activités.

Consultez notre page dédiée au taux d'accident du travail et aux maladies professionnelles.

5- Cuisinier : quels avantages professionnels sur la fiche de paie ?

Le cuisinier ou la cuisinière pourra prétendre à certains avantages professionnels inhérents à sa qualité de salarié.e comme :

  • Repas : dans la convention HCR qui s’applique une  majorité de cuisiniers, fournir le repas du personnel est une obligation issue d’un usage professionnel (arrêté Parodi). Les avantages en nature font partie intégrante du salaire. L’employeur peut :
    • fournir le repas et verser un avantage nourriture : mentionné en début de fiche de paie sur une ligne « Avantage en nature nourriture ». Son montant est d’abord ajouté au salaire brut avant d’être déduit du salaire net en bas de bulletin de salaire en compensation du repas fourni au salarié ;
    • verser une indemnité compensatrice nourriture (ICN) : celle-ci est mentionnée en haut de bulletin sur une ligne dédiée. Elle n’est pas ensuite déduite du salaire net car le repas n’est pas fourni au salarié.
  • Frais de transport : le cuisinier bénéficie obligatoirement de la prise en charge de son abonnement aux transports publics pour se rendre sur son lieu de travail, à hauteur de 50%. Le remboursement des frais de transport personnel est à la discrétion de l’employeur.
  • Frais de santé: un cuisinier dont l’employeur dépend de la convention HCR bénéficie d’un régime de frais de santé dès son entrée dans l’entreprise (mutuelle standard 28 €). La cotisation salariale minimale est de 14€ (cotisation patronale minimale à 14€). Exception en Alsace-Moselle : la cotisation salariale est plafonnée à 10€.
  • Régime obligatoire de prévoyance : un cuisinier dont l’employeur dépend de la convention HCR bénéficie d’un régime obligatoire de prévoyance. La cotisation est fixée à 80% du salaire et réparti comme suit sur la fiche de paie : 50% cotisation salariale, 50% cotisation patronale.   

6- Obligations légales : quelles sont celles qui incombent à l’employeur ?

L’employeur a des obligations légales vis-à-vis du salarié :

 

  • Fournir une rémunération en retour du travail effectué: le versement d’une rémunération et la fourniture d’une fiche de paie conforme et complète est une obligation découlant du contrat de travail liant l’employeur au salarié.   
  • L’entretien d’évolution professionnelle : il s’agit d’un point périodique obligatoire portant sur les perspectives d’évolution professionnelle du salarié qui doit être organisé tous les deux ans. Un cuisinier peut prendre des responsabilités dans une brigade jusqu’à devenir chef de cuisine.

  • Assurer au salarié de disposer des moyens nécessaires à sa mission : l’employeur fournit au cuisinier l’ensemble des moyens nécessaires à l'exécution de son travail dans les meilleures conditions.

  • Santé/sécurité au travail : l’employeur doit garantir la sécurité physique de ses salariés mais également le prémunir contre les risques auxquels ils peuvent être exposés du fait de leurs missions. Le métier de cuisinier est  soumis à une forte pression entraînant du stress, qui est considéré comme un risque psychosocial. Il est souvent amené à travailler le soir, le weekend ou en horaire décalé, ce qui entraîne de la fatigue. Dans une cuisine il existe de nombreux risques : brûlure (four, table de cuisson), coupure avec les ustensiles de cuisine, lésion due à l’utilisation de produits chimiques pour le nettoyage, chutes de plein pied, chutes d’objets, risque de troubles musculo-squelettiques dus à la posture, risques biologiques liés à la manipulation de la nourriture. Un équipement de protection individuelle doit être fourni : tabliers, charlottes, chaussures de sécurité, protections oculaires, masques etc.    
  • Vestiaire collectif: les cuisiniers portent des équipements de protection pour la préparation des repas (vestes, tabliers, charlottes, combinaisons …). Ces tenues doivent être fournies aux salariés et ils doivent pouvoir en changer chaque jour pour limiter le risque de contamination des aliments. L’employeur est tenu de mettre à la disposition des salariés des vestiaires collectifs équipés d'armoires individuelles et les maintenir dans un état constant de propreté.

7- Comment établir la fiche de paie d'un cuisinier en contrat d'apprentissage ?

Le métier de cuisinier se prête très bien à la formation en apprentissage. Pour recruter un apprenti, vous devez conclure un contrat d’apprentissage tripartite. Celui-ci doit être signé par l’apprenti, l’employeur et le Centre de Formation des Apprentis (CFA). La formation est effectuée en alternance en entreprise, sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage, et en CFA.

Une fiche de paie est obligatoirement remise à l’apprenti. Sa rémunération dépend cumulativement : 

  • de la catégorie d’âge à laquelle l’apprenti appartient ;

  • l’année d’exécution du contrat qui détermine ;

  • la base de calcul : le smic horaire de l’année en cours.

Pour vous aider à embaucher un apprenti cuisinier :

  • le contrat d’apprentissage est exonéré de cotisations et de contributions sociales dans la limite de 79 % du SMIC ;

  • dans certaines conditions, l’employeur peut bénéficier du dispositif de l’aide unique.

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre apprenti cuisinier dans l'article suivant : fiche de paie apprenti

8- Comment établir la fiche de paie d'un cuisinier en contrat de professionnalisation ?

Il est possible d'embaucher un cuisinier via un contrat de professionnalisation.  Celui-ci est conclu entre l’employeur et un salarié répondant à des critères particuliers, dans le cadre soit :

  • d’un CDI : pour une durée de 6 à 12 mois, 24 mois dans des cas particuliers. Ensuite le contrat se poursuit dans les conditions d’un CDI

  • d’un CDD : pour une durée de 6 à 12 mois, 36 mois dans des cas particuliers. Le contrat prend fin à l’issu de cette durée.

Ce contrat doit être transmis à l'OPCO dont dépend l'entreprise dans les 5 jours de la signature, ou plus tard 5 jours avant le début du contrat. La formation est effectuée en alternance sous la responsabilité d’un tuteur.

L’alternant est obligatoirement rémunéré et une fiche de paie doit lui être remise. Sa rémunération est calculée sur la base d’un pourcentage du SMIC et varie en fonction :

  • de la catégorie d’âge;

  • de la qualification du salarié

Pour vous aider à embaucher un cuisinier en alternance :

  • Déduction des avantages en nature : du salaire de l’alternant à hauteur de 75% des déductions autorisées pour les autres salariés ;

  • Exonérations de charges sociales dans le cadre de la réduction générale des cotisations étendue ;

  • Aides à l’embauche d’un demandeur d’emploi en contrat de professionnalisation (ne sont soumises à aucune cotisations sociales ni à la CSG/CRDS) :

    • AFE versée par Pôle Emploi : pour embauche d’un demandeur d’emploi âgé de 26 ans et plus (2000€ maximum)

    • Aide versée par l’État (cumulable avec l’aide Pôle emploi) : pour l’embauche d’un demandeur d’emploi âgé de 45 ans et plus (2000€ maximum)

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre alternant cuisinier dans l'article suivant : fiche de paie contrat de professionnalisation

 

En ce qui concerne la partie sociale, l'employeur doit transmettre, chaque mois, la DSN corrélative à la fiche de paie du cuisinier salarié.

 

Pour créer une fiche de paie cuisinier, il suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous et de suivre les instructions :

 

Auteur
Aurore R.
Issue d'une formation juridique, et après avoir exercé plusieurs années au sein d'un cabinet de conseil spécialisé en SIRH, Aurore transmet son expertise à travers ces pages d'aides pour vous simplifier la paie !
Haut de page

DOTNET

Assistante Virtuelle
Chat