Données mises à jour le : 17/05/2021
Mis à jour le : 17/05/2021
inputCréer une fiche de paie

Fiche de paie maçon : spécificités, avantages et obligations

<<<<<<<<   Précédent

  1. Maçon: quel métier ?
  2. Fiche de paie maçon : quelles spécificités et quel statut pour le salarié ?
  3. Quel salaire sur la fiche de paie du maçon ?
  4. Maçon : quel taux AT/MP applicable ?
  5. Maçon : quels avantages professionnels sur la fiche de paie ?
  6. Obligations légales : quelles sont celles qui incombent à l’employeur ?
  7. Comment établir la fiche de paie d'un maçon en contrat d'apprentissage ?
  8. Comment établir la fiche de paie d'un maçon en contrat de professionnalisation ?

1-Maçon: quel métier ?

Le maçon exerce son métier dans le domaine du BTP (Bâtiment Travaux Public), plus précisément sur la partie « gros œuvre ». C’est lui qui pose les fondations des bâtiments et en érige les murs, dans le cadre de projets de constructions neuves ou de rénovation.

Les missions

Le maçon intervient juste après la préparation du sol et le terrassement. Il doit créer la structure du bâtiment. 

Ses missions principales peuvent être identifiées ainsi :

  • Mise en œuvre des structures « horizontales » : fondations selon les plans des géomètres, planchers, chapes etc. ;
  • Fabriquer puis poser les coffrages, couler le béton, ériger les murs par assemblage de matériaux (briques etc) ;
  • S’assurer de l’étanchéité et de la bonne isolation du bâtiment mais aussi de sa solidité et du respect des normes environnementales ;
  • Fabriquer et appliquer les enduits intérieurs et extérieurs ;
  • Mettre en place les ouvertures dans la maçonnerie (blocs fenêtre, porte …)

L’une des principales qualités attendues du métier de maçon est une bonne résistance physique car il est amené à porter des charges et à travailler en extérieur. Il lui est demandé un bon sens de l’équilibre (pas de vertige) pour, notamment, travailler en hauteur sur des échelles et des échafaudages. Dans le cadre d’un chantier, un bon sens de l’organisation, de la rigueur et de la précision sont indispensables, ainsi que de la disponibilité. Enfin, il maîtrise les règles de sécurité car les chantiers  présentent de nombreux dangers potentiels.    

Le maçon  doit également acquérir  compétences techniques et fonctionnelles indispensables :

  • Maîtrise de l’ensemble des outils de maçonnerie : bétonnière, niveau, truelle etc. 
  • Capacité à lire les plans, maîtrise du traçage et repérage ;
  • Maîtrise des techniques de maçonnerie et de la montée des échafaudages ;
  • Connaissance des propriétés des différents matériaux (béton armé, briques, plâtre, résines, mortiers etc.);
  • Maîtrise de l’ensemble des règles de sécurité.    

Les études

Le métier de maçon est accessible avec un diplôme minimum de CAP (certification aptitude professionnelle), parmi lesquels : 

  • CAP maçon,
  • CAP constructeur d'ouvrages en béton armé.

Il existe également des diplômes de niveau bac :

  • Bac pro TBORGO (Technicien du Bâtiment Organisation et Réalisation de Gros Oeuvre),
  • Bac pro interventions sur le patrimoine bâti option maçonnerie,
  • Bac technologique Sciences et technologies Industrielles spécialité génie civil,
  • Brevet Professionnel maçon ou construction en maçonnerie et béton armé,
  • TP (titre professionnel) maçon du bâti ancien, maçon spécialisé en pierre calcaire, ou encore chef d'équipe gros œuvre, 

Ainsi que des diplômes bac +2 :

  • BTS bâtiment,
  • BTS enveloppe des bâtiments : conception et réalisation. 

Il existe de nombreux autres diplômes proposant des spécialisations comme le BP Métiers de la piscine ou encore TP Maçon spécialisé en pierre calcaire.  L’AFPA (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes) propose également des formations certifiantes jusqu’au niveau post-bac.

Les possibilités d’évolution

Selon son niveau de formation initiale, son expérience professionnelle, et le cadre dans lequel il exerce ses fonctions, un maçon peut :

  • évoluer vers des postes d’encadrement : chef d’équipe ;
  • évoluer vers des postes de gestion de chantier : chef de chantier;
  • se spécialiser dans un domaine d’activité précis : patrimoine ancien, matériau particulier, construction neuve, habitat, bureau etc.
  • se tourner vers des métiers voisins du bâtiment : carreleur, plâtrier etc.
  • évoluer vers des fonctions de bureau d’études;
  • créer sa propre entreprise en maçonnerie.

Environnement d’exercice de l’activité

Le métier de maçon s’exerce dans une entreprise de BTP. Ceci étant dit, il convient de préciser que la palette d’intervention d’un maçon est très vaste : travail dans l’ancien ou le neuf, la construction neuve ou la rénovation, bâtiment individuels ou collectifs …

Le type de chantiers sur lesquels peut intervenir ainsi que la palette de techniques appliquées  sont très larges.

Il peut évoluer dans de toutes petites entreprises de BTP comme dans de très grands groupes.

2-Fiche de paie maçon : quelles spécificités et quel statut pour le salarié ?

Convention collective

Deux conventions collectives (CCN) peuvent s‘appliquer au métier de maçon selon le nombre de salariés dans l’entreprise :

  • Convention des ouvriers employés par les entreprises du bâtiment occupant jusqu’à dix salariés; IDCC : 1596
  • Convention des ouvriers employés par les entreprises du bâtiment occupant plus de dix salariés. IDCC : 1597

Exemple de fiche de paie d'un maçon

Fiche de paie maçon

 

Catégorie socioprofessionnelle

Les maçons appartiennent à des catégories socioprofessionnelles différentes selon leur niveau de qualification, par exemple :

  • CSP 68 : ouvriers non qualifiés de type artisanal (Ouvriers non qualifiés du gros œuvre du bâtiment 681 a) : ce sont les ouvriers qui  exécutent des travaux simples sous la direction d’un chef d’équipe;
  • CSP 63 : ouvriers qualifiés de type artisanal (maçon qualifiés 632a) : ce sont les ouvriers réalisant la partie maçonnée d’une construction par assemblage de métaux divers;
  • CSP 62 : ouvriers qualifiés de type industriel (ouvrier qualifié du travail du béton 621b) : réalisent la partie maçonnerie d’une construction par coulage du béton;
  • CSP 67 : ouvriers non qualifiés de type industriel (671b) : exécutent des tâches n'exigeant pas des connaissances techniques approfondies;
  • CSP 21 : Artisans maçons (211a) : artisans qui procèdent à la construction ou au revêtement des murs, plafonds, planchers et cloisons.

C’est aussi par la grille conventionnelle que sont déterminées les rémunérations. Les charges sociales sur les statuts ouvriers sont de l’ordre de 21% du salaire brut (Donnée indicative).

Durée légale du travail

La durée maximale de travail autorisée :

  • Hebdomadaire sur 12 semaines de travail : 46 heures;
  • Sur un semestre : 44 heures.

Les heures supplémentaires : le contingent annuel d’heures supplémentaires dans le bâtiment est limité à 265 heures pour les ouvriers dont le temps de travail est annualisé, sinon 300 heures (la loi prévoit un contingent de 220 heures). Les 8 premières sont majorées de 25%, puis 50% pour les suivantes (au-delà de 35 heures).

Les heures perdues pour intempérie (spécifique au BTP) sont indemnisables au titre du chômage-intempérie.

Les heures de nuit (entre 21h et 6h pour la CCN plus de 10 salariés / 20h-6h pour la CCN moins de 10 salariés) sont majorées de 100% sauf s’il s’agit d’une intervention programmée incluant des heures de nuit visant à assurer la continuité des activités de l’entreprise ou à répondre à un besoin de chantier d’une durée supérieure à 3 jours calendaires (majorées de 25%).

Le travail du dimanche est majoré de 100%. Les jours fériés légaux sont chômés et payés, s’ils sont travaillés, les heures sont majorées de 100%.

La période d’essai est de 2 mois.

3- Quel salaire sur la fiche de paie du maçon ?

Dans le BTP, la question de la rémunération se négocie au niveau régional voire départemental : salaire minimal conventionnel, primes, indemnités diverses.  

 

D'après l'INSEE, le salaire net mensuel moyen pour un maçon est de :

  • 1876€ pour un maçon qualifié (632a) : ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 226 900 salariés en France.

  • Ces salariés sont exclusivement des hommes (100%). 72,8% d’entre eux sont en CDI. 14,7% en travail temporaire. 42,3% d’entre eux travaillent dans des entreprises de moins de 10 salariés et 15,3% dans des entreprises de 10 à 19 salariés.
  • 2065€ pour maçon qualifiés du travail du béton (621b) : ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 49 300 salariés en France. Ces salariés sont exclusivement des hommes (100%). 74,6% d’entre eux sont en CDI. 19,4% en travail temporaire. 13% d’entre eux travaillent dans des entreprises de moins de 10 salariés et 7,7% dans des entreprises de 10 à 19 salariés et 11% dans des entreprises de plus de 250 salariés.

4- Maçon : quel taux AT/MP applicable ?

Contrairement aux autres secteurs d’activité, la cotisation d'Accidents du Travail et Maladies Professionnelles (AT/MP) qui s’applique à la fiche de paie maçon ne dépend pas seulement de la taille de l’entreprise dans laquelle l’activité est exercée.

En effet, chaque établissement cotise selon un taux AT/MP qui correspond au niveau de risque de l’activité. Et à chaque niveau de risque correspond « un code risque » qui est transmis aux entreprises à chaque notification annuelle de tarification du taux AT/MP. 

Le taux AT/MP est transmis par la caisse régionale (Carsat, Cramif ou CGSS) dont dépend le siège social de l’entreprise ou son chantier principal. Il est notifié annuellement et doit être répercuté sur chaque fiche de paie du maçon. Le taux AT/MP qui est calculé par l'assurance maladie est établi sur la base des antécédents d'accidents de l'entreprise et de ses activités.

Consultez notre page dédiée au taux d'accident du travail et aux maladies professionnelles.

5- Maçon : quels avantages professionnels sur la fiche de paie ?

Le maçon pourra prétendre à certains avantages professionnels spécifiques :

  • Primes de vacances : les maçons doivent percevoir une prime de vacances versée chaque année et dont le montant doit être équivalent à 30% de l’indemnité de congés payés minimum.
  • Indemnité de déplacement : L’indemnisation de petit déplacement recouvre l’indemnité de repas, de trajet et de repas, elle s’applique aux maçons qui se rendent sur un chantier. Le montant de l’indemnité varie selon la localité. En cas de grands déplacements, les frais de logement et de nourriture sont également pris en charge. Les frais de transport pour rentrer à domicile le week-end peuvent être pris en charge selon l’éloignement du chantier.
  • Indemnité de repas : celle-ci doit être versée dès lors que le salarié ne peut regagner son domicile pour prendre son déjeuner.
  • La DFS (déduction forfaitaire spécifique) : Une déduction forfaitaire de 10% peut s’appliquer sur la fiche de paie maçon à condition qu’il effectue des déplacements quotidiens sur les chantiers. On l’appelle également « abattement BTP pour frais professionnel ». Le brut abattu sert d’assiette de calcul des cotisations sociales ce qui a pour effet immédiat de majorer le net à payer.
  • Temps de travail pénible : un crédit d’heures rémunérées de 10 % de ce que l’on appelle « temps de travail pénible » est accordé par les CCN. L’objectif est que les maçons puissent faire des pauses plus fréquentes en raison de tâches pénibles (travail par forte chaleur, monter un échafaudage etc). 

6- Obligations : quelles sont celles qui incombent à l’employeur ?

 

L’employeur a des obligations légales vis-à-vis du salarié maçon :

  • Fournir une rémunération en retour du travail effectué: le versement d’une rémunération et la fourniture d’une fiche de paie conforme est une obligation découlant du contrat de travail liant l’employeur au salarié.
  • Formation du salarié: dans le secteur du BTP, certaines formations sont obligatoires afin de prévenir divers types de risques : utilisation de l’échafaudage, prévention des troubles musculosquelettiques, expositions aux risques chimiques, amiante, plomb etc.
  • Assurer au salarié de disposer des moyens nécessaires à sa mission : l’employeur fournit au maçon l’ensemble des moyens nécessaires à l'exécution de son travail dans les meilleures conditions : outils de maçonnerie, équipement de protection, formation à la sécurité etc.
  • Santé/sécurité au travail : l’employeur doit garantir la sécurité physique de son salarié mais également le prémunir contre les risques auxquels il peut être exposé dans le cadre de ses activités. Or, de tous les secteurs d’activité, le BTP est celui qui enregistre le plus d’accidents du travail. Le métier de maçon présente des risques de natures très variées et particulièrement importants : risques chimiques, troubles musculosquelettiques, risques liés au montage d’échafaudage. L’employeur doit fournir un EPI (équipement de protection individuel) complet : casque de chantier, chaussures de protection, gants spécialement adaptés (construction, coulage du béton ou enduit et finitions), bleus de travail. Le salarié est tenu de les utiliser.  
  • Vestiaires collectifs: un local-vestiaire doit être mis à disposition des maçons, dans lequel il est interdit d’entreposer des produits et matériaux dangereux ou salissant.  

7- Comment établir la fiche de paie d'un maçon en contrat d'apprentissage ?

Le métier de maçon, comme l'ensemble des métiers du bâtiment, est accessible via des formations en apprentissage.

Pour recruter un apprenti, un contrat d’apprentissage tripartite doit être signé à la fois par l’apprenti, l’employeur mais aussi le centre de Formation des Apprentis (CFA). La formation est réalisée en alternance en entreprise, sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage, et en CFA.

L'apprenti reçoit obligatoirement une fiche de paie. Attention, vous ne pouvez le pas rémunérer comme vous le souhaitez, sa rémunération est encadrée par la loi et dépend cumulativement : 

  • de la catégorie d’âge à laquelle l’apprenti appartient ;

  • de l’année d’exécution du contrat ;

  • de la base de calcul : le smic horaire de l’année en cours.

Pour inciter à l'embauche d'un apprenti, il existe des aides :

  • Exonération de cotisations et contributions sociales : le contrat d’apprentissage est exonéré dans la limite de 79 % du SMIC ;

  • Aide financière : dans certaines conditions, l’employeur peut bénéficier du dispositif de l’aide unique.

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre apprenti maçon dans l'article suivant : fiche de paie apprenti

8- Comment établir la fiche de paie d'un maçon en contrat de professionnalisation ?

La formation du maçon peut également se faire via un contrat de professionnalisation.

Celui-ci est conclu entre l’employeur et un salarié répondant à des critères particuliers, puis transmis dans les 5 jours à l'OPCO de la branche professionnelle dont dépend l'entreprise. La formation est effectuée en alternance entre l'entreprise, sous la responsabilité d'un tuteur, le centre de formation.

Le contrat de professionnalisation est conclu dans le cadre soit :

  • d’un CDI : pour une durée de 6 à 12 mois, 24 mois dans des cas particuliers. Ensuite le contrat se poursuit dans les conditions classiques d’un CDI ;

  • d’un CDD : pour une durée de 6 à 12 mois, 36 mois dans des cas particuliers. Le contrat prend fin à l’issue de cette durée.

L’alternant est obligatoirement rémunéré et une fiche de paie doit lui être remise. Attention, sa rémunération est encadrée par la loi. Elle est calculée sur la base d’un pourcentage du SMIC et varie en fonction :

  • de la catégorie d’âge ;

  • de la qualification du salarié.

Pour inciter à l'embauche d'un alternant en contrat de professionnalisation, il existe des aides :

  • Déduction des avantages en nature : du salaire de l’alternant à hauteur de 75% des déductions autorisées pour les autres salariés ;

  • Exonérations de charges sociales dans le cadre de la réduction générale des cotisations étendue ;

  • Aides à l’embauche d’un demandeur d’emploi en contrat de professionnalisation (ne sont soumises à aucune cotisations sociales ni à la CSG/CRDS) :

    • AFE versée par Pôle Emploi : pour embauche d’un demandeur d’emploi âgé de 26 ans et plus (2000€ maximum)

    • Aide versée par l’État (cumulable avec l’aide Pôle emploi) : pour l’embauche d’un demandeur d’emploi âgé de 45 ans et plus (2000€ maximum)

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre alternant maçon dans l'article suivant : fiche de paie contrat de professionnalisation

 

En ce qui concerne la partie sociale, l'employeur doit transmettre la DSN corrélative à la fiche de paie du maçon chaque mois.

 

Pour créer une fiche de paie maçon, il suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous et de suivre les instructions :

 

Auteur
Aurore R.
Issue d'une formation juridique, et après avoir exercé plusieurs années au sein d'un cabinet de conseil spécialisé en SIRH, Aurore transmet son expertise à travers ces pages d'aides pour vous simplifier la paie !
Haut de page

DOTNET