Données mises à jour le : 04/10/2022
Mis à jour le : 04/10/2022
inputCréer une fiche de paie

Fiche de paie couvreur : Comment procéder ?

<<<<<<<<   Précédent

  1. Couvreur/couvreuse : quel métier ?
  2. Fiche de paie : quelles spécificités et quel statut pour le couvreur ?
  3. Quel salaire sur la fiche de paie du couvreur ?
  4. Couvreur : quel taux AT/MP applicable ?
  5. Quels avantages professionnels sur la fiche de paie sur la fiche de paie du couvreur ?
  6. Obligations : quelles sont celles qui incombent à l’employeur du couvreur ?
  7. Comment établir la fiche de paie d'un couvreur en contrat d'apprentissage ?
  8. Comment établir la fiche de paie d'un couvreur en contrat de professionnalisation ?

1- Couvreur/couvreuse : quel métier ?

Le couvreur, artisan du BTP, est chargé de la réalisation ou de la réparation des toitures. Son rôle est essentiel pour protéger les bâtiments, notamment grâce à une bonne isolation thermique.

Les missions

Métier du gros œuvre, le couvreur intervient après le charpentier sur un chantier de construction.

Un couvreur peut être spécialisé tel que :

  • couvreur-zingueur spécialisé dans l’étanchéité des bâtiments.
  • couvreur-ardoisier spécialisé dans la pose d’ardoise.
  • couvreur-tuilier spécialisé dans la conception et le développement d’accessoires de couverture et d’étanchéité.

Spécialisé ou non, en véritable spécialiste des toitures et revêtements, les missions principales du couvreur peuvent être identifiées ainsi :

  • Conseil et analyse en rénovation : détermine les matériaux les plus adaptés au besoin de son client, la possibilité de poser des panneaux photovoltaïques etc. ;

  • Préparer le chantier en respectant les normes de sécurité : montage des échafaudages, pose des équipements de sécurité, préparer l'enduit nécessaire à la réalisation des scellés et des raccords etc.

  • Réalisation et/ou réparation des toitures : dessin des plans de pose puis pose des matériaux (tuiles, ardoise, zinc), pose des isolations thermiques, installation des ornements de toit ou encore des capteurs solaires.

L’une des principales qualités attendues d’un couvreur est sa rigueur car son métier demande beaucoup de techniques et de précisions. Le métier de couvreur est l’un des plus accidentogènes car il est très exposé aux chutes de hauteur. La connaissance et l’application des règles de sécurité sont fondamentales. Une excellente condition physique est nécessaire pour ce travail d’extérieur. Il/elle est par ailleurs capable de s’adapter aux évolutions technologiques constantes de son domaine d’activité, notamment l’utilisation de logiciels.

 

Le couvreur doit également acquérir des compétences techniques et fonctionnelles indispensables :

  • Capacité à lire les plans d’architecte ;

  • Connaissance des matériaux (zinc, ardoise, chaume etc.) et des procédés de couverture;

  • Maîtrise de l’informatique : utilisation de logiciels pour réaliser le calepinage des couvertures et des applications pour faciliter son travail sur le chantier etc. ;

  • Aptitudes en géométrie, en métré et en dessin/tracé ;

  • Maîtrise des outils : marteau de charpentier, enclume de couvreur, équerre, scie, guillotine etc. ;

  • Maîtrise des normes en vigueur et des procédures de sécurité.

Les études

Le métier de couvreur est accessible avec une formation spécifique. Les formations permettent d’obtenir des diplômes allant du CAP au Bac +2.

 

Quelques exemples de formation au métier de couvreur :

 

CAP/BEP

  • CAP couvreur,

  • CAP étancheur du bâtiment et des travaux publics ;

  • BEP technique du toit

 

Diplômes de niveau bac :

  • Brevet Professionnel (s’obtient en 2 ans après le CAP) : BP couvreur, BP étancheur du bâtiment et des travaux publics

  • Bac professionnel Intervention sur le patrimoine bâti.

Diplômes bac +2 :

  • BTS (Brevet technicien supérieur) : BTS SCBH - Systèmes Constructifs Bois et Habitat, BTS enveloppe du bâtiment, conception et réalisation, BTS bâtiment

Un couvreur peut faire le choix de se spécialiser en obtenant un titre ou une certification professionnelle : CQP d'ouvrier professionnel couvreur chaumier, CQP technicien d'étude et de chantier en couverture, titre professionnel couvreur zingueur etc.

La plupart de ces formations peuvent s’effectuer en apprentissage. Avec un diplôme bac +2, les étudiants peuvent prétendre à une évolution rapide vers des postes à responsabilités (management, gestion de projet).

 

L’insertion professionnelle des jeunes diplômés est bonne.

Les possibilités d’évolution

Selon le type de formation initiale, son expérience professionnelle, et le cadre dans lequel il exerce ses fonctions, le couvreur peut :

  • Évoluer vers des postes d’encadrement : chef couvreur ou technicien de chantier.

  • Evoluer vers des métiers voisins : revêtisseur-étanchéiste, installateur de panneaux solaires ou encore plombier-zingueur ;

  • Évoluer vers des métiers de conception ou de vente ingénieur bureau d’études, technico-commercial;

  • Se spécialiser : spécialisation dans un matériau, devenir zingueur, tuilier, ou ardoisier, spécialisation dans les monuments historiques;

  • Se mettre à son compte : attention, pour ouvrir sa propre entreprise de couverture, il est nécessaire d’être titulaire d'un diplôme ou de justifier de 3 ans d’expérience professionnelle minimum.

Environnement d’exercice de l’activité

Le métier de couvreur s’exerce principalement dans :

  • de petites structures artisanales (TPE/PME spécialisée en couverture ou TCE) ;

  • les grandes entreprises du BTP; 

  • à son compte.

2- Fiche de paie : quelles spécificités et quel statut pour le couvreur ?

Convention collective

Les deux principales conventions collectives s’appliquant au métier de couvreur sont :

  • La CCN  ouvriers des entreprises du bâtiment de plus de 10 salariés (IDCC 1597;

  • La CCN Ouvriers des entreprises du bâtiment de moins de 10 salariés  (IDCC 1596).

La convention collective applicable dépend de l’activité principale de l’entreprise et non de l’activité du salarié.

 

Exemple d'une fiche de paie d'un couvreur :

Fiche de paie couvreur

Bouton créer une fiche de paie

Catégorie socioprofessionnelle

Les couvreurs appartiennent principalement aux catégories socioprofessionnelles suivantes de l'Insee :

  • CSP 63 - ouvriers qualifiés de type artisanal (couvreur qualifié 632e ) : il s’agit d’ouvriers qualifiés préparant les supports et procédant à la pose des toitures (tuiles, ardoises, tôles ondulées, etc.). Ils installent également les gouttières, chéneaux, descentes (...) servant à l'évacuation de l'eau de pluie ; 

  • CSP 68 - ouvriers  non qualifiés de type artisanal (ouvriers non qualifiés du gros œuvre du bâtiment 681a) : ce sont les ouvriers non qualifiés du gros œuvre (bâtiment) exécutant sous la direction du chef d'équipe des travaux simples.

  • CSP 21 - si le couvreur est à son compte, il entre dans cette catégorie « Artisan » (Artisans couvreur 211c). ce sont les artisans spécialisés dans la mise en place et la réparation des couvertures de bâtiment.

Pour les salariés, c’est aussi par la grille conventionnelle que sont déterminées les rémunérations. Les charges sociales sur les statuts ouvriers sont de l’ordre de 21% du salaire brut (Donnée indicative).

3- Quel salaire sur la fiche de paie du couvreur ?

D'après l'INSEE, le salaire brut mensuel moyen pour un couvreur salarié est de :

  • 2377 pour un couvreur qualifié (632e) : ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 7600 salariés en France. Ces salariés sont exclusivement des hommes. 79,7% d’entre eux sont en CDI. Près de 50% d’entre eux sont employés par des entreprises de moins de 10 salariés et 85 % dans des entreprises de moins de 50 salariés.

  • 2023pour un couvreur non qualifié (681a) : ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 24 700 salariés en France. Ces salariés sont quasi exclusivement des hommes (99%). Seuls 45,37,7% d’entre eux sont en CDI, 20,7% en intérim et 15,5% en CDD. 88 % de ces travailleurs exercent dans des entreprises de moins de 50 salariés (dont près de 52 % dans des entreprises de moins de 10 salariés).

4- Couvreur : quel taux AT/MP applicable ?

Le métier de couvreur est classé comme l'un des plus dangereux avec :

  • un taux de mortalité de 29 par 100 000 travailleurs;

  • une exposition à environ six fois plus de risques d'accidents graves et mortels que le travailleur moyen;

  • 75% des accidents sont des événements mortels.

La cotisation d'Accidents du Travail et Maladies Professionnelles (AT/MP) qui s’applique à la fiche de paie des métiers du BTP suit une logique différente de celle des autres secteurs d’activité. Plusieurs taux de cotisation AT/MP peuvent s'appliquer aux entreprises du BTP en fonction des activités exercées. Ainsi, le calcul de la cotisation ne dépend pas seulement de la taille de l’entreprise dans laquelle l’activité est exercée mais se détermine ainsi :

  • chaque établissement cotise selon un taux AT/MP qui correspond au niveau de risque de l’activité ;

  • à chaque niveau de risque correspond  « un code risque » qui est notifié dans chaque notification annuelle de tarification du taux AT/MP;

  • le taux AT/MP qui est calculé par l'assurance maladie est établi sur la base des antécédents d'accidents de l'entreprise et de ses activités.

Le taux AT/MP est notifié annuellement à l’employeur par la caisse régionale (Carsat, Cramif ou CGSS) dont dépend le siège social de l’entreprise ou son chantier principal. Ce taux est obligatoirement répercuté sur chaque fiche de paie du couvreur.

 

Consultez notre page dédiée au taux d'accident du travail et aux maladies professionnelles

5- Quels avantages professionnels sur la fiche de paie sur la fiche de paie du couvreur ?

Le couvreur pourra prétendre à certains avantages professionnels spécifiques aux conventions collectives s’appliquant aux ouvriers des entreprises du BTP  :

  • Primes de vacances : les couvreurs peuvent bénéficier d’une prime de vacances versée chaque année. Son montant est équivalent à 30% de l’indemnité de congé payé minimum.

  • L’indemnisation des déplacements dans le BTP comprenant :

    • L’indemnité de trajet : 

      • l’indemnité de petit déplacement s’applique aux couvreurs quand ils se rendent sur un chantier. Son objectif est de compenser le temps de trajet avant et après la journée de travail des salariés se rendant sur site. Le calcul des distances parcourues s’effectue au kilomètre.

      • Lorsque la distance chantier-domicile est supérieure à 50 km : l’employeur verse une indemnité de grand déplacement.

    • Les frais de transport : l’indemnisation des déplacements comprend le remboursement des frais de transport.

    • Indemnité de repas : celle-ci ne doit être versée que si le salarié ne peut regagner son domicile pour le déjeuner.

  • La DFS (déduction forfaitaire spécifique) :  il est possible d’appliquer une déduction forfaitaire de 10% à la fiche de paie du couvreur salarié s’il effectue des déplacements quotidiens sur les chantiers. On l’appelle également « abattement BTP pour frais professionnel » : le brut abattu sert d’assiette de calcul des cotisations sociales.

6-Obligations : quelles sont celles qui incombent à l’employeur du couvreur ?

L’employeur a des obligations légales vis-à-vis du couvreur salarié :

  • Fournir une rémunération en retour du travail effectué: le versement de la rémunération du couvreur doit être accompagné d’une fiche de paie conforme et complète. Sur celle-ci figurent à la fois le salaire de base mais également tous les éléments variables (heures supplémentaires, primes etc.).

  • Formation du salarié : dans le secteur du BTP, la formation à la sécurité est obligatoire pour les nouveaux salariés mais aussi à chaque changement de poste, au retour d’un AT/MP de 21 jours minimum et pour les travailleurs intérimaires exerçant sur les chantiers. Les couvreurs doivent bénéficier régulièrement de formations à la sécurité car le métier est très accidentogène mais aussi aux outils qu’ils utilisent dans leur métier.

  • Assurer au salarié de disposer des moyens nécessaires à sa mission : l’employeur fournit au couvreur l’ensemble des moyens nécessaires à l'exécution de son travail dans les meilleures conditions : machines-outils, équipement informatique, équipement de protection, formation à la sécurité etc.

  • Santé/sécurité au travail : l’employeur doit garantir la sécurité physique de son salarié mais également le prémunir contre les risques auxquels il peut être exposé dans le cadre de ses activités. Le métier de couvreur est l’un des plus accidentogènes.

    • Risques : risques importants, souvent mortels, liés aux chutes de hauteur (depuis le toit ou les échafaudages), chutes de plein-pied et chutes d’objet, risques chimiques (traitement des matériaux), liés à la manipulation d’outils, ainsi que ceux liés à la manutention manuelle.

    • Protection des salariés : outre l’équipement approprié des chantiers (accès et échafaudages sécurisé, emploi de matériel de levage etc.), l’employeur doit fournir un EPI (équipement de protection individuel) complet à savoir : casque de chantier, chaussures de sécurité, lunettes de protection, Genouillères ou un pantalon à genouillère type « hygrovet » pour les travaux au sol, gants adaptés à chaque usage, masque anti-poussière type FFP2 ou FFP3.

    • Visite médicale : du fait de l’exposition au plomb et à l’amiante, ce métier fait partie des métiers pour lesquels la surveillance médicale est renforcée : la visite médicale doit avoir lieu chaque année.

  • Vestiaires collectifs: un local-vestiaire est mis à disposition des couvreurs afin de leur permettre de revêtir leurs EPI.

7- Comment établir la fiche de paie d'un couvreur en contrat d'apprentissage ?

Le métier de couvreur est accessible par des formations en apprentissage. L'apprenti réalise sa formation en alternance entre son entreprise d'accueil, sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage désigné, et le CFA.

Pour recruter un apprenti, il est nécessaire de conclure un contrat d’apprentissage tripartite : signé à la fois par l'apprenti, l'employeur et le centre de Formation des Apprentis (CFA).  

L'apprenti est obligatoirement rémunéré par l'employeur pour le travail réalisé en entreprise et reçoit une fiche de paie mensuelle conforme. La rémunération de l'apprenti est encadrée par la législation. Elle dépend cumulativement : 

  • de la catégorie d’âge à laquelle l’apprenti appartient ;

  • de l’année d’exécution du contrat ;

  • de la base de calcul : le SMIC horaire de l’année en cours.

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre apprenti couvreur  dans l'article suivant : fiche de paie apprenti

8- Comment établir la fiche de paie d'un couvreur en contrat de professionnalisation ?

Le métier de couvreur peut se préparer par le biais d'un contrat de professionnalisation.

Le contrat de professionnalisation est alors signé par l’employeur et le salarié. Il est ensuite transmis dans les 5 jours à l'OPCO de la branche professionnelle dont dépend l'employeur. La formation est réalisée en alternance dans  l'entreprise, sous la responsabilité d'un tuteur, et en centre de formation.

Le contrat de professionnalisation peut être signé sous forme de CDI ou de CDD :

  • En CDI : pour une durée de 6 à 12 mois, 24 mois dans certains cas particuliers. Ensuite le contrat se poursuit dans les conditions classiques d’un CDI ;

  • En CDD : pour une durée de 6 à 12 mois, 36 mois dans certains cas particuliers. A l'issue de cette durée, le contrat s'arrête. 

L’alternant en contrat de professionnalisation est obligatoirement rémunéré par l'employeur qui lui fournit une fiche de paie tous les mois. Sa rémunération est encadrée par la législation. En effet, la rémunération en contrat de professionnalisation est calculée sur la base d’un pourcentage du SMIC et varie en fonction :

  • de la catégorie d’âge ;

  • de la qualification du salarié.

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre alternant couvreur dans l'article suivant : fiche de paie contrat de professionnalisation

 

En ce qui concerne la partie sociale, l'employeur doit transmettre la DSN corrélative à la fiche de paie du couvreur chaque mois.

 

 

Pour créer une fiche de paie pour un couvreur, il suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous et de suivre les instructions :

 

Bouton créer une fiche de paie

Auteur
Aurore R.
Issue d'une formation juridique, et après avoir exercé plusieurs années au sein d'un cabinet de conseil spécialisé en SIRH, Aurore transmet son expertise à travers ces pages d'aides pour vous simplifier la paie !
Haut de page

DOTNET