Données mises à jour le : 04/10/2022
Mis à jour le : 04/10/2022
inputCréer une fiche de paie

Fiche de paie auxiliaire de puériculture : Comment procéder ?

<<<<<<<<   Précédent

  1. Auxiliaire de puériculture : quel métier ?
  2. Fiche de paie : quelles spécificités et quel statut pour l'auxiliaire de puériculture ?
  3. Quel salaire sur la fiche de paie de l’auxiliaire de puériculture ?
  4. Auxiliaire de puériculture : quel taux AT/MP applicable ?
  5. Quels avantages professionnels sur la fiche de paie auxiliaire de puériculture ?
  6. Obligations : quelles sont celles qui incombent à l’employeur d'une auxiliaire de puériculture ?
  7. Comment établir la fiche de paie d'une auxiliaire de puériculture en contrat d'apprentissage ?
  8. Comment établir la fiche de paie d'une auxiliaire de puériculture en contrat de professionnalisation ?

1-Auxiliaire de puériculture : quel métier ?

L’auxiliaire de puériculture exerce son métier dans le secteur de la petite enfance. Ils/elles sont chargé(e)s des soins aux nourrissons et des activités d’éveil des jeunes enfants.

Les missions

Les activités peuvent varier selon la collectivité au sein de laquelle exerce l’auxiliaire de puériculture. Toutefois, ses principales  missions  peuvent être identifiées ainsi :

  • Mette en place un projet pédagogique et des activités pédagogiques au sein d’une équipe pluri-professionnelle ;

  • Veiller à la santé, à l’hygiène et à la sécurité des enfants : préparation des repas, soins à l’enfant notamment aux enfants malades ou aux nouveaux-nés etc. ;

  • S’assurer de la propreté et de la sécurité des espaces d’accueil : entretien du matériel et des divers équipements, aide à la désinfection des espaces de vie  ;

  • Participer au développement de l’enfant : motricité, règles de vie en société, apprentissage de la propreté etc.. ;

  • Accompagner les parents : notamment à la maternité.  

L’auxiliaire de puériculture s’occupe de très jeunes enfants dans des structures diverses et fait parfois face à des situations complexes (enfants handicapés, accueil d’enfants retirés à leurs parents etc.). L’une des principales qualités attendues de ce métier est la capacité de vigilance. En effet, l’auxiliaire de puériculture a la responsabilité de veiller au bien-être et à la sécurité des enfants placés sous sa surveillance. Pour cela, prudence et réactivité sont de rigueur. S’occuper d’enfants demande également beaucoup de patience. Sens de l’écoute et communication complètent les qualités indispensables au métier.

L’auxiliaire de puériculture doit également acquérir des compétences techniques indispensables :

  • Connaissance des pathologies de la petite enfance ;

  • Connaissances de base en psychologie de l’enfant ;

  • Connaissances en motricité ;

  • Maîtrise des techniques d’éveil de l’enfant :

  • Maîtrise des techniques de soin à l’enfant ;

  • Maîtrise de l’ensemble des règles de sécurité alimentaires et domestiques.

Les études

Le métier d’auxiliaire de puériculture n’est pas accessible sans formation spécifique.

En effet, pour accéder au métier, il faut être titulaire du diplôme d'État d'auxiliaire de puériculture (DEAP) qui donne un niveau CAP. Celui-ci peut être obtenu :

  • via la formation initiale : la formation est ouverte aux personnes âgées de plus de 17 ans et sur concours d’entrée. Il se prépare en 10 mois ou 18 mois en apprentissage. A noter que :

    • les titulaires d’un BAC Pro ne passent pas le concours mais sont sélectionnés sur dossiers et entretiens;

    • il existe des passerelles pour les titulaires de certains diplômes comme celui d’aide-soignant ou d’auxiliaire de vie sociale.

  • Via la formation continue : le diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture DEAP peut-être obtenu par la voie de la validation des acquis de l’expérience (VAE).

L’insertion professionnelle des auxiliaires de puériculture est excellente.

Environnement d’exercice de l’activité

Le métier d’auxiliaire de puériculture s’exerce principalement :

  • en milieu hospitalieren maternité, pédiatrie, néonatologie, pédopsychiatrie etc. ;

  • dans des structures d’aides sociales à l’enfance (ASE) ; 

  • dans des PMI (protection maternelle et infantile) ;

  • au sein de structures d’accueil d’enfants handicapés;

  • au sein d'établissements d’accueil de jeunes enfants (EAJE) : crèche, halte-garderie etc. 

Les possibilités d’évolution

Une auxiliaire de puéricultrice peut, notamment :

  • Après l’obtention du DEAP : effectuer une spécialisation d’un an pour devenir puéricultrice;

  • Après 3 ans d’exercice en tant qu’auxiliaire de puériculture, et sous réserve de passer les concours adéquats, le professionnel peut devenir :

    • éducateur de Jeunes Enfants (EJE) ;

    • infirmier ;

    • ou encore auxiliaire de vie sociale.

 2- Fiche de paie : quelles spécificités et quel statut pour l'auxiliaire de puériculture ?

Convention collective

Les principales conventions collectives pouvant s’appliquer à la fiche de paie d’un(e) auxiliaire de puériculture sont :

  • Auxiliaire exerçant dans des organismes de droit privé à but non lucratif spécialisés dans l’accueil des enfants : Convention collective nationale des acteurs du lien social et familial : centres sociaux et socioculturels, associations d'accueil de jeunes enfants, associations de développement social local du 4 juin 1983 (IDCC 1261).

  • Auxiliaire exerçant au sein d’une clinique privée : Convention collective nationale de l'hospitalisation privée du 18 avril 2002 (IDCC 2264)

  • Auxiliaire exerçant au sein d’associations hospitalières : Convention Collective nationale des établissements privés d'hospitalisation, de soins, de cure et de garde à but non lucratif du 31 octobre 1951 (IDCC 29)

  • Auxiliaire exerçant au sein d’établissements d’accueil pour enfant handicapé : Convention collective nationale de travail des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées du 15 mars 1966 (IDCC 413)

Lorsque l’auxiliaire de puériculture exerce son activité au sein d’un organisme de droit privé à but lucratif, ces conventions collectives ne s’appliquent pas à sa fiche de paie.

 

 

Exemple d'une fiche de paie d’auxiliaire de puériculture :

 

Fiche de paie auxiliaire de puériculture

 

Bouton créer une fiche de paie

  

Catégorie socioprofessionnelle

Les auxiliaires de puériculture sont classé(e)s dans la catégorie socioprofessionnelle suivante par l’INSEE : 

  • CSP 52 - employés civils et agents de service de la fonction publique (Profession 526c : Auxiliaires de puériculture) : cette catégorie regroupe les auxiliaires de puériculture qui contribuent à une prise en charge globale des personnes en liaison avec les autres intervenants au sein d'une équipe pluridisciplinaire, en milieu hospitalier ou extra hospitalier.

Pour les salariés, c’est aussi par la grille conventionnelle que sont déterminées les rémunérations. Les charges sociales sur les statuts employés sont de l’ordre de 21% du salaire brut (Donnée indicative).

3- Quel salaire sur la fiche de paie de l’auxiliaire de puériculture ?

 

D'après l'INSEE, le salaire brut mensuel moyen est de :

  •  2368€ pour un(e) auxiliaire de puériculture (526c) : Ce métier est quasiment exclusivement féminisé car exercé à 99% par des femmes. Ces salariés sont employés dans la fonction privée mais aussi publique ce qui explique un faible taux de CDI (29,7%). Seuls 8,6% des auxiliaires de puériculture exercent dans des entreprises de moins de 10 salariés contre 53,1% dans des entreprises de plus de 250 salariés;

4- Auxiliaire de puériculture : quel taux AT/MP applicable ?

La cotisation d'Accidents du Travail et Maladies Professionnelles (AT/MP) qui s’applique à la fiche de paie auxiliaire de puériculture dépend de la taille de l’entreprise dans laquelle l’activité est exercée.

Le taux AT/MP est transmis généralement par l'assurance maladie, il est ensuite repris sur chaque fiche de paie de l’auxiliaire de puériculture. Le taux AT/MP qui est calculé par l'assurance maladie est établi sur la base des antécédents d'accidents de l'entreprise et de ses activités.

Consultez notre page dédiée au taux d'accident du travail et aux maladies professionnelles.

5- Quels avantages professionnels sur la fiche de paie auxiliaire de puériculture ?

L’auxiliaire de puériculture peut prétendre à certains avantages professionnels. Prenons, par exemple, ceux issus de la CCN des acteurs du lien social et familial (IDCC 1261).

  • Indemnité différentielle: il peut arriver que l’employeur confie temporairement à l’auxiliaire de puériculture une ou des missions qui correspondent à un emploi d'une pesée supérieure. A condition que cette mission dure 2 semaines consécutives au minimum, une indemnité différentielle doit être verséeL’indemnité  est égale l'écart entre la pesée de l'emploi habituellement occupé et celle correspondant aux missions temporairement confiées.

  • Congés payés supplémentaires : les auxiliaires de puériculture bénéficient de congés payés supplémentaires pour la période du 1er octobre au 31 mai, à raison d'un jour de congé supplémentaire par mois. Leur liquidation est fixée au 30 juin, mais ils peuvent les reporter ou se les faire rémunérer.

  • Rémunération individuelle supplémentaire (RIS) : la RIS (rémunération individuelle supplémentaire) est une reconnaissance de la "qualité de la mise en œuvre des compétences liées à l'emploi, leur actualisation et leur développement ainsi que l'atteinte des objectifs professionnels fixés lors de l'entretien d'évaluation". Chaque année, le montant de cette rémunération augmente entre 0,5 % et 1,5 % de la rémunération de base ou de la rémunération minimum de branche. Lorsque le salarié change d’entreprise, le nouvel employeur est tenu d'attribuer a minima 50% de la RIS acquise dans l'entreprise précédente si celle-ci applique la CCN des acteurs du lien social et familial.

  • Frais professionnels : si l’auxiliaire de puériculture engage des frais occasionnels dans le cadre professionnel (transport, nourriture, hébergement etc.), ceux-ci sont à la charge de l'employeur.

Cette liste d’avantages n’est pas exhaustive. De plus, une  auxiliaire de puériculture qui serait soumise à une autre convention collective nationale, comme celle des auxiliaires exerçant au sein d’établissements d’accueil pour enfant handicapé, peut bénéficier d'avantages différents. Enfin, des dispositions accordant des avantages supplémentaires peuvent être prévues par des d’accords d’entreprise, des usages d’entreprise ou encore par le contrat de travail de l’auxiliaire de puériculture.

 6- Obligations : quelles sont celles qui incombent à l’employeur d'une auxiliaire de puériculture ?

L’employeur a des obligations légales vis-à-vis de l’auxiliaire de puériculture salariée :

  • Fournir une rémunération en retour du travail effectué : l’auxiliaire de puériculture doit être déclarée et recevoir une rémunération tous les mois. Une fiche de paie récapitulative lui est remise mentionnant tous les éléments de rémunération (salaire de base, primes, heures supplémentaires etc.).  

  • Formation de l’auxiliaire de puériculture: lemployeur devant garantir le maintien dans l’emploi de ses salariés, des formations doivent être prévues tout au long de la carrière de l’auxiliaire de puériculture. Des formations en lien avec l’hygiène et la sécurité de l’enfant sont notamment indispensables pour exercer ce métier.

  • Assurer à l’auxiliaire de puériculture de disposer des moyens nécessaires à sa mission : l’employeur fournit à l’auxiliaire de puériculture l’ensemble des moyens nécessaires à l'exécution de son travail dans les meilleures conditions (équipement de puériculture, produit d’entretien etc).

Santé/sécurité au travail : il incombe à l’employeur de garantir la sécurité physique de ses salariés et de les prémunir contre les risques auxquels ils peuvent être exposés dans le cadre de leurs activités. Les auxiliaires de puéricultures sont exposées à de multiples risques :

 

  • Risques physiques liés au port des enfants, au rangement des objets au sol, ou encore au déplacement des berceaux. Les assistantes de puéricultrice sont exposées aux troubles musculo-squelettiques et affections périarticulaires, aux troubles vocaux ainsi qu’aux risques de chutes de plain-pied sur des sols souvent glissants.

  • Risques biologiques infectieux : le contact avec les enfants entraîne des risques d'attraper des affections de la sphère oto-rhino-laryngologique, des gastro-entérites, des maladies telles que la rubéole, la varicelle, ou encore des hépatites virales. En hôpital ou en clinique, les risques biologiques sont encore plus importants, que l’auxiliaire de puériculture assiste aux accouchements ou apportent des soins aux enfants malades. Ce risque est particulièrement dangereux pour les professionnelles enceintes.

  • Risques psychosociaux : ils sont liés aux contraintes organisationnelles, au bruit et à l’agitation des enfants, à la pression pour tenir les petits en sécurité ainsi qu’aux potentielles difficultés relationnelles avec les parents. De plus, les auxiliaires de puériculture exercent parfois dans des structures accueillant des enfants malades, handicapés ou ayant subi des abus, ce qui demande un suivi psychologique.

  • Un EPI (équipement de protection individuel) doit être fourni à l’auxiliaire de puériculture salariée pour les soins et les toilettes, particulièrement en milieu hospitalier : vêtements de travail (blouse, combinaison, tablier), gants de protection, chaussures dotées de semelles antidérapantes.

7- Comment établir la fiche de paie d'une auxiliaire de puériculture en contrat d'apprentissage ?

La formation au diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture (DEAP) peut se faire en apprentissage.

Pour recruter un apprenti auxiliaire de puériculture, un contrat d’apprentissage tripartite doit être signé à la fois par l’apprenti, l’employeur mais aussi le Centre de Formation des Apprentis (CFA). La formation est réalisée en alternance en entreprise, sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage, et en CFA.

Une fiche de paie est obligatoirement remise à l’apprenti. Sa rémunération dépend cumulativement : 

  • de la catégorie d’âge à laquelle l’apprenti appartient ;

  • l’année d’exécution du contrat ;

  • la base de calcul : le SMIC horaire de l’année en cours.

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre apprentie auxiliaire de puériculture dans l'article suivant : fiche de paie apprenti

 8- Comment établir la fiche de paie d'une auxiliaire de puériculture en contrat de professionnalisation ?

La formation au diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture (DEAP) peut se faire via un contrat de professionnalisation conclu entre l’employeur et un salarié répondant à des critères particuliers.

La formation est effectuée en alternance sous la responsabilité d'un tuteur. Le contrat de professionnalisation est conclu dans le cadre soit :

  • d’un CDI : pour une durée de 6 à 12 mois, 24 mois dans des cas particuliers. A l’issue de cette période, le contrat se poursuit dans les conditions d’un CDI ;

  • d’un CDD : pour une durée de 6 à 12 mois, 36 mois dans des cas particuliers. A l’issue de cette période, le contrat prend fin.

L’alternant est obligatoirement rémunéré et une fiche de paie doit lui être remise. Sa rémunération est calculée sur la base d’un pourcentage du SMIC et varie en fonction :

  • de la catégorie d’âge ;

  • de la qualification du salarié.

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre alternante auxiliaire de puériculture  dans l'article suivant : fiche de paie contrat de professionnalisation

 

En ce qui concerne la partie sociale, l'employeur doit transmettre la DSN corrélative à la fiche de paie de l’auxiliaire de puériculture chaque mois.

 

 

Pour créer une fiche de paie pour un(e) auxiliaire de puériculture, il suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous et de suivre les instructions :

 

Bouton créer une fiche de paie

Auteur
Aurore R.
Issue d'une formation juridique, et après avoir exercé plusieurs années au sein d'un cabinet de conseil spécialisé en SIRH, Aurore transmet son expertise à travers ces pages d'aides pour vous simplifier la paie !
Haut de page

DOTNET