Données mises à jour le : 28/07/2021
Mis à jour le : 28/07/2021
inputCréer une fiche de paie

Fiche de paie carreleur : spécificités, avantages et obligations

<<<<<<<<   Précédent

  1. Carreleur : quel métier ?
  2. Fiche de paie : quelles spécificités et quel statut pour le carreleur ?
  3. Quel salaire sur la fiche de paie carreleur ?
  4. Carreleur : quel taux AT/MP applicable ?
  5. Quels avantages professionnels sur la fiche de paie carreleur?
  6. Obligations : quelles sont celles qui incombent à l’employeur d'un carreleur ?
  7. Comment établir la fiche de paie d'un carreleur en contrat d'apprentissage ?
  8. Comment établir la fiche de paie d'un carreleur en contrat de professionnalisation ?

1- Carreleur : quel métier ?

Intervenant dans le secteur du bâtiment, le carreleur intervient en finition d’un chantier pour poser un revêtement fait de carreaux (céramique, ciment, ardoise, etc) sur le sol, les murs, ou encore les escaliers et dans toutes les pièces le nécessitant. Il est aussi appelé carreleur-mosaïste.

Les missions

Les missions principales du carreleur peuvent être identifiées ainsi :

  • Préparation des surfaces à carreler;

  • Coulage des chapes pour éviter les infiltrations d’eau;

  • Pose des sous-couches isolantes (phoniques et thermique);

  • Prise des côtes, préparation et découpe des matériaux de revêtements;

  • Pose des carreaux et réalisation des jointures;

  • Achat et gestion des stocks de matériaux et de matériel.

L’une des principales qualités attendues du métier de carreleur est sa minutie, notamment dans la découpe des éléments. Métier d’artisanat par excellence, il demande d’avoir le sens de l’esthétique et du détail. Un bon relationnel est indispensable pour ce métier qui s’exerce sur des chantiers en coordination avec d’autres corps de métier du second œuvre (plombier et électricien notamment). Comme la plupart des métiers du BTP, le métier de carreleur nécessite une bonne condition physique.

Le carreleur doit également acquérir compétences techniques et fonctionnelles indispensables :

  • Connaissance parfaite de tous les matériaux utilisés : céramique, faïence, béton, verre, etc ; 

  • Connaissance des techniques de découpe et de pose;

  • Maîtrise des techniques de ponçage, d'enduit, de maçonnerie, etc ;

  • Connaissance des normes d’isolation thermique et phonique ;

  • Capacité à lire des plans, maîtrise des techniques de calcul et des mathématiques

  • Maîtrise de l’ensemble des règles de sécurité.    

Les études

Le métier de carreleur est accessible avec une formation spécifique. Les niveaux de diplôme démarrent à partir du CAP (certification aptitude professionnelle) jusqu’au bac +2 :

  • CAP carreleur-mosaïste  ;

  • Bac Pro : Bac pro Aménagement et finition du Bâtiment (formation en 3 ans) ; Carrelage-Mosaïque (formation en 2 ans pour les titulaires d’un CAP);

  • Brevet professionnel (niveau bac) : Carrelage – mosaïque;

  • Bac +2 : BTS Aménagement et Finition, Diplôme des Métiers d’Art (DMA) Décor Architectural option Décor du mur.

L’AFPA délivre également des titres professionnels (TP) pour accéder à la profession via une reconversion professionnelle : TP Carreleur (niveau 1), TP Technicien de chantier aménagement – finitions ou encore TP Chef d’équipe aménagement – finitions.

Les diplômes de niveau bac et plus permettent d’accéder plus aisément à des postes à responsabilité. Comme pour nombre de métiers du BTP, l’insertion professionnelle des diplômés est très bonne.

Les possibilités d’évolution

Selon son niveau de formation initiale, son expérience professionnelle, et le cadre dans lequel il exerce ses fonctions, un carreleur peut :

  • Evoluer vers des postes d’encadrement : chef d’équipe, chef de chantier ou conducteur de travaux ;

  • Faire évoluer ses compétences et se spécialiser : dans la décoration et l’aménagement d’intérieur, la restauration de mosaïques ou encore comme chapiste.

  • Se tourner vers des métiers voisins du bâtiment : plâtrier, peintre en bâtiment ou encore maçon ;

  • Se mettre à son compte en tant que chef d’entreprise Carreleur – Mosaïste.

Environnement d’exercice de l’activité

Le métier de carreleur s’exerce généralement au sein d’une entreprise de bâtiment.

Le carreleur peut travailler au sein d’une structure spécialisée ou d’une entreprise tout corps d’état (TCE) depuis la TPE jusqu’au grand groupe de BTP.

Il réalise ses missions sur des chantiers de très grande envergure (bureaux, bâtiment publics) comme au domicile des particuliers, étant susceptible d’intervenir sur des travaux intérieurs (salle de bain, cuisine) comme en extérieur (façade, piscine).

 

2- Fiche de paie : quelles spécificités et quel statut pour le carreleur ?

Convention collective

Deux conventions collectives (CCN) peuvent s‘appliquer à la fiche de paie du carreleur selon le nombre de salariés que compte l’entreprise qui l’emploie :

  • Convention des ouvriers employés par les entreprises du bâtiment occupant jusqu’à dix salariés; IDCC : 1596

  • Convention des ouvriers employés par les entreprises du bâtiment occupant plus de dix salariés. IDCC : 1597

Attention toutefois, c’est l’activité principale de l’entreprise qui détermine la convention collective applicable à la fiche de paie carreleur. Prenons un exemple : si un carreleur travaille dans une entreprise dont l’activité principale est la plomberie, c’est la CCN de la plomberie (IDCC 0998) qui s’applique à sa fiche de paie.

 

Exemple d'une fiche de paie de carreleur :

Fiche de paie carreleur



Catégorie socioprofessionnelle

Les carreleurs sont classés par l’INSEE dans la même catégorie socio-professionnelle que les maçons : CSP 63 - ouvriers qualifiés de type artisanal (Maçons qualifiés 632a).

Pour les salariés, c’est aussi par la grille conventionnelle que sont déterminées les rémunérations. Les charges sociales sur les statuts ouvriers sont de l’ordre de 21% du salaire brut (Donnée indicative).

 3- Quel salaire sur la fiche de paie du carreleur ?

D'après l'INSEE, le salaire brut mensuel moyen pour un carreleur salarié est de :

2405pour un carreleur qualifié (632a) : ce montant est une moyenne nationale établie à partir des rémunérations de 226 900 salariés en France. Ces salariés sont quasi exclusivement des hommes, employés en CDI (72%) et en intérim (14,7%). Près de 70 % d’entre eux sont employés par des entreprises de moins de 50 salariés dont 42,3% dans des entreprises de moins de 10 salariés.

 4- Carreleur : quel taux AT/MP applicable ?

Contrairement aux autres secteurs d’activité, la cotisation d'Accidents du Travail et Maladies Professionnelles (AT/MP) s’appliquant à la fiche de paie des métiers du BTP ne dépend pas seulement de la taille de l’entreprise dans laquelle l’activité est exercée.

En effet, chaque établissement cotise selon un taux AT/MP correspondant au niveau de risque de l’activité. Et à chaque niveau de risque correspond « un code risque » qui est notifié dans chaque notification annuelle de tarification du taux AT/MP. 

Le taux AT/MP est transmis par la caisse régionale (Carsat, Cramif ou CGSS) dont dépend le siège sociale de l’entreprise ou son chantier principal. Il est notifié annuellement et doit être répercuté sur chaque fiche de paie du carreleur. Le taux AT/MP calculé par l'assurance maladie est établi sur la base des antécédents d'accidents de l'entreprise et de ses activités.

Consultez notre page dédiée au taux d'accident du travail et aux maladies professionnelles.

5-Quels avantages professionnels sur la fiche de paie carreleur?

Le carreleur pourra prétendre à certains avantages professionnels spécifiques aux métiers du BTP :

  • La primes de vacances BTP : le carreleur, soumis à la convention collective du BTP, peut recevoir une prime de vacances. Elle est équivalente à 30% de l’indemnité de congés payés correspondant à 24 jours de congé principal. Cette prime est versée annuellement par la Caisse d’affiliation de l’entreprise du salarié.

  • Dans le secteur du BTP, l’indemnisation des déplacements respecte des règles spécifiques : l’indemnité de petit et de grand déplacement  :

      • L’indemnité de petit déplacement : s’applique aux carreleurs qui se rendent sur un chantier pour les dédommager des frais de transport engagés pour s’y rendre. Le remboursement comprend les frais de transport, les indemnités de trajet ainsi que la prime de panier repas.

      • L’indemnité de grand déplacement : s’applique aux carreleurs qui se rendent sur un chantier situé à plus de 50 km ou si les transports en commun ne permettent pas de parcourir cette distance en moins d’1h30 (trajet aller). Pour être due, le salarié doit ainsi être empêché de regagner son domicile en fin de journée. Le remboursement comprend les frais de nourriture et de logement.

  • La DFS (déduction forfaitaire spécifique): l« abattement BTP pour frais professionnels » est une déduction forfaitaire de 10 % pouvant s’appliquer sur la fiche de paie du carreleur salarié. Pour en bénéficier, il doit effectuer des déplacements quotidiens sur les chantiers. Avec ce dispositif, l’assiette de cotisations sociales est le brut abattu (réduit de 10%).

6- Obligations : quelles sont celles qui incombent à l’employeur d'un carreleur ?

L’employeur a des obligations légales vis-à-vis du carreleur salarié :

  • Fournir une rémunération en retour du travail effectué : comme tout salarié, le carreleur doit être déclaré et recevoir une fiche de paie conforme récapitulant tous les éléments de sa rémunération, salaire de base et éléments variables (heures supplémentaires, primes, indemnité de déplacement etc.).

  • Formation du carreleur : le carreleur exerce dans le secteur du BTP, ce qui implique le suivi de certaines formations obligatoires à la santé/sécurité afin de prévenir divers types de risques : utilisation de l’échafaudage, prévention des troubles musculo-squelettiques, expositions aux risques chimiques, etc.

  • Assurer au carreleur de disposer des moyens nécessaires à sa mission : l’employeur fournit au carreleur l’ensemble des moyens nécessaires à l'exécution de son travail dans les meilleures conditions : outils, matériel, équipement de protection, formation à la sécurité, etc.

  • Santé/sécurité au travail : il incombe à l’employeur de garantir la sécurité physique de ses salariés et de les prémunir contre les risques auxquels ils peuvent être exposés dans le cadre de leurs activités. Les carreleurs sont exposés à de multiples risques : risques liés aux manutentions manuelles, risques liés à la coupe et à la pose des carreaux à l’aide d’outils (meuleuse, scie circulaire …), chutes de hauteur, risques chimiques, risques auditifs. Ils doivent obligatoirement porter un EPI (équipement de protection individuel) complet : casque de chantier, chaussures de sécurité, lunettes ou visière de sécurité, gants de manutention anti-coupures, masques anti-poussières (FF2 ou FF3), protections auditives, vêtements de travail adaptés.

  • Vestiaires collectifs : un local-vestiaire doit être mis à disposition des carreleurs afin de revêtir leur équipement. Il est interdit d’y entreposer des produits et matériaux dangereux ou salissant. 

7- Comment établir la fiche de paie d'un carreleur en contrat d'apprentissage ?

Comme pour nombre de métiers du bâtiment, la formation du carreleur s'effectue souvent en apprentissage. L'apprenti est en alternance en entreprise, sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage, et en CFA.

Pour recruter un apprenti, un contrat d’apprentissage doit être conclu entre l’apprenti, l’employeur ainsi que le Centre de Formation des Apprentis (CFA). 

L'apprenti est obligatoirement rémunéré et reçoit une fiche de paie conforme. Sa rémunération est encadrée par la loi et dépend cumulativement : 

  • de la catégorie d’âge à laquelle appartient l’apprenti ;

  • de l’année d’exécution du contrat ;

  • de la base de calcul : le SMIC horaire en vigueur.

Pour l'embauche d'un apprenti, vous pouvez bénéficier des aides suivantes :

  • d'exonérations de cotisations et contributions sociales dans la limite de 79 % du SMIC ;

  • dans certaines conditions, l’employeur peut bénéficier du dispositif de l’aide unique.

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre apprenti carreleur dans l'article suivant : fiche de paie apprenti

8- Comment établir la fiche de paie d'un carreleur en contrat de professionnalisation ?

Dans certaines conditions, il est possible d'embaucher un carreleur via un contrat de professionnalisation.

Le contrat de professionnalisation est conclu par l’employeur et le salarié. Il est ensuite envoyé, dans les 5 jours de sa conclusion, à l'OPCO de la branche professionnelle dont dépend l'entreprise. La formation est alors effectuée en alternance dans l'entreprise, sous la responsabilité d'un tuteur, et en centre de formation.

Le contrat de professionnalisation peut être conclu dans le cadre d'un CDI ou d'un CDD :

  • En CDI : durée de 6 à 12 mois, 24 mois dans des cas particuliers. A l'issue de cette durée, le contrat se poursuit dans les conditions classiques d’un CDI ;

  • En CDD : pour une durée de 6 à 12 mois, 36 mois dans des cas particuliers. A l'issue de cette durée, le contrat s'arrête. 

L’alternant en contrat de professionnalisation est obligatoirement rémunéré. Une fiche de paie lui est remise chaque mois. Attention, sa rémunération est régie par des règles légales. En effet, la rémunération en contrat de professionnalisation est calculée sur la base d’un pourcentage du SMIC et varie en fonction :

  • de la catégorie d’âge ;

  • de la qualification du salarié.

Pour l'embauche d'un alternant, vous pouvez bénéficier des aides suivantes :

  • Déduction des avantages en nature  du salaire de l’alternant : à hauteur de 75% des déductions autorisées pour les autres salariés ;

  • Exonérations de cotisations sociales dans le cadre de la réduction générale des cotisations étendue (ex réduction-Fillon);

  • Aides à l’embauche d’un demandeur d’emploi en contrat de professionnalisation (aides non soumises à cotisations sociales ni à CSG/CRDS) :

    • AFE versée par Pôle Emploi : pour l'embauche d’un demandeur d’emploi âgé de 26 ans et plus (2000€ maximum) ;

    • Aide versée par l’État (cumulable avec l’aide Pôle emploi) : pour l’embauche d’un demandeur d’emploi âgé de 45 ans et plus (2000€ maximum). 

Retrouvez toutes les informations pour créer facilement une fiche de paie pour votre alternant carreleur dans l'article suivant : fiche de paie contrat de professionnalisation

 

En ce qui concerne la partie sociale, l'employeur doit transmettre la DSN corrélative à la fiche de paie du carreleur chaque mois.

 

Pour créer une fiche de paie pour d'un carreleur, il suffit de cliquer sur bouton ci-dessous et de suivre les instructions :

 

Auteur
Aurore R.
Issue d'une formation juridique, et après avoir exercé plusieurs années au sein d'un cabinet de conseil spécialisé en SIRH, Aurore transmet son expertise à travers ces pages d'aides pour vous simplifier la paie !
Haut de page

DOTNET

Assistante Virtuelle
Chat